Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 16:43

Ci-après une synthèse des débats lors du colloque national de la forêt au Conseil Régional : Lille le 23/11/2012.

 

Courant le Festival de l’arbre (du 19 au 25 novembre 2012), un colloque national sur la forêt a eu lieu à Lille, au Conseil Régional Nord-Pas de Calais, le 23 novembre 2012.  

Introduite par Daniel PERCHERON, et animée par Vincent TARDIEU (journaliste scientifique), la journée vit se succéder de nombreux intervenants (Scientifiques, Professionnels, Elus) sur le thème « La forêt, des enjeux vitaux entre science et décision ».

L’objectif était triple :

-          Débattre des enjeux environnementaux, économiques et sociaux de la forêt.

-          Faire le point des problématiques actuelles.

-          Discuter des modes de gouvernance pour renaturer et reboiser.

L’état des lieux national

-         Un peuplement feuillu à 63% (Résineux 37%); inadapté aux besoins des industriels.

-         Des plantations annuelles faibles : 44 millions de plants/an en France par rapport à 300 millions en Allemagne. 15.000 ha plantés en 2007 (70.000 ha en 1960).

-         Les produits bois = 2ème poste de déficit de la balance commerciale française : -6,4 milliards d’€ en 2010.

-         La forêt est toujours le parent pauvre de l’agriculture: 290 millions d’€ pour le budget national forêt par rapport aux 5 milliards au budget agricole.

-          440.000 emplois en France.

-         Une demande sociétale de nature grandissante ; dans un monde qui évolue beaucoup plus vite que la forêt avec tous les risques engendrés.

L’état des lieux régional

-         Pas suffisamment de milieux naturels : 13% par rapport à 72% de surface agricole.

-         Un taux de boisement faible = 7% (28% en moyenne nationale) : La région Nord-Pas de Calais est la moins boisée de France (92.000 ha soit 0,6% du territoire national)  - Par contre, la région la plus importante de France en surfaces agricoles : 70% (et 300 millions d’€ de droits versés /an aux agriculteurs).

-         Un patrimoine forestier morcelé et contrasté entre l’Est et l’Ouest ; et un manque de continuité pour le déplacement des espèces faunistiques et floristiques.

-         Fragmentation récente du couvert boisé qui n’a pas encore produit tous ses effets (dette d’extinction). Plus un massif est important et ancien (millions d’années), plus il est résilient.

-         Une balance commerciale déséquilibrée avec une demande en bois résineux supérieure à l’offre : 93% de peuplements en feuillus (dont 32% Chênes, 14% Hêtres, 10% Feuillus Précum,  10% Peupliers, …) et  7 % en résineux (Epicéas, Sapins).

-         Filière Bois = 28.000 emplois dans la région.

-         Région moins préoccupée, car moins exposée, par le changement climatique.

-         Un Plan Forêt Régional ambitieux, voté en Mai 2009, pour doubler la surface boisée forestière en 30 ans ; qui complète :

o   La Trame Verte et Bleue : pour développer la biodiversité et les corridors biologiques ;

o   Le Plan Climat pour diminuer les GES (Gaz à Effet de Serre): link

-         L’ambition de la région Nord-Pas de Calais (6% de la population française sur 2% du territoire) est, avec le nouveau LOUVRE de LENS,  de changer l’image de la région en accélérant  le reboisement. Transformer l’archipel noir des cités minières en un archipel vert concourt à développer l’attractivité du Nord-Pas de Calais.

Multifonctionnalité de la forêt qui n’est pas « un champ d’arbres »

Au niveau de la qualité de vie,  et de la santé de la population, la forêt assure de nombreux services éco-systémiques gratuits :

-         Contribution au cadre de vie : Esthétique des paysages.

-         Rôle social et de loisirs : Terrain de jeux – Espace détente – Chasse – Sports.

-         Protection de la biodiversité : Abri - Refuge – 1/3 des oiseaux nicheurs sont en forêt - Protection de l’eau : Rétention - Régulation – Filtrage – Dépollution. Importance des milieux humides.

-         Protection des sols : Lutte contre l’érosion – Apport d’humus et de biomasse - Importance des bois morts, des lisières.

-         Protection de l’air : Filtre à poussières et à polluants (2 mg/litre en forêt par rapport à  126 mg/litre sur le maïs fourrager.

-         Protection contre le réchauffement climatique : Séquestration du Carbone lors de la photosynthèse (L’arbre = une pompe à Carbone) – Microclimat (climatisation par l’ombre et l’humidité). A noter des indicateurs du changement climatique : Dorénavant, en moyenne, 30 jours secs au lieu de 20 ; et 2 jours de gel au lieu de 8 auparavant.

-         Un  réservoir de biodiversité et de génétique : Variété des espèces animales et végétales.  Plus l’arbre vieillit (moins de capacité de résistance et de récupération), plus il évolue génétiquement.

Au niveau économique, le bois est une ressource naturelle, polyvalente, renouvelable, peu polluante, peu énergivore, qui fournit :

-         Du bois-énergie : Chauffage. La combustion du bois n’augmente pas le Carbone de surface ; à l’inverse du gaz qui augmente le Carbone dans l’atmosphère (avec, en plus, des fumées et des particules nocives).

-         Du bois matériaux : bois de fente (objets en bois – Tonneaux - Poteaux – Lattes …) – Bois d’œuvre (Charpente – Menuiserie – Caisserie - Ameublement).

-         Du bois d’industrie : Fibres pour pâte à papier – Panneaux.

-         La biomasse forestière.

-         Des plantes et des molécules pour l’alimentation, la chimie, la médecine, la pharmacie, la cosmétique.

-         Des services agro-écologiques : Agroforesterie – Fertilité du sol par l’apport d’azote - Filtre à nitrates par le fil racinaire sous les racines des cultures – Protection des cours d’eau.

Nb : Sur 100 m3 de bois scié, les déchets de coupe représentent environ 50% ; et les volumes des principaux produits extraits seulement 1/3 :  Charpentes 9 m3 (40 ans en durée de vie moyenne) – Parements extérieurs 3 m3 (20 ans en durée de vie moyenne)  – Parements intérieurs 15 m3 (15 ans en durée de vie moyenne)  – autres usages 10 m3 (5 ans en durée de vie moyenne).

Bien qu’encore méconnus, les écosystèmes forestiers jouent  un rôle irremplaçable par les services rendus gratuitement. Et, mise à part la valeur économique du bois, les autres valeurs (écologique, sociale, culturelle) sont difficiles à chiffrer.

Même si tous les services ne sont pas monétarisables (non marchands), reconnaître des valeurs est un levier pour sensibiliser et augmenter l’intérêt  du public pour la protection de la nature et ses processus biologiques ; et pour concilier les services et les usages.  

L’enjeu forestier

Pour une gestion territoriale ; pour répondre à la demande sociétale (qualité et cadre de vie – santé) ; pour limiter les risques face aux aléas sanitaires et aux incertitudes (climatiques, économiques), et face aux risques accrus d’artificialisation, l’enjeu forestier consiste à :

-         Associer tous les acteurs dans le développement forestier : Elus, Agriculteurs, Professionnels.  Importance des sciences sociales pour aider à arbitrer.

-         Ne pas opposer les politiques agricole et forestière : Un territoire = Bois + Cultures + Habitants.

-         Planter et produire plus pour répondre aux besoins ; mais en trouvant un bon équilibre entre la production de bois, la protection de la biodiversité, et l’accueil du public.

-         Renforcer et pérenniser la filière bois : 347.000m3 de bois /an ;

-         Valoriser l’ensemble des sous-produits et services forestiers ;

-         Produire en protégeant mieux la biodiversité (pas de surexploitation au détriment de la vie : 25% des espèces forestières dépendent des bois morts ; dont beaucoup sont sensibles aux perturbations, et sont à dispersion faible.  Les rémanents (branches de diamètre inférieur à 7 cm) sont une source de nutriments ; et concourent à la fertilité de sols) :

o   Développer une « forêt mosaïque » avec des petites parcelles (3 à 5 ha), des essences diversifiées (évitent les coupes rases) ; des peuplements pas trop hauts (< 30 m), ni trop vieux (des révolutions plus courtes moins sujettes à un aléa), ni trop denses.

o   Développer les corridors écologiques et boisements de protection (du sol, de l’eau, de l’air) diversifiés (arbres + arbustes pour éviter les coupes rases) ; mais sans sacrifier les milieux ouverts (ex. landes & pelouses).

o   Exploiter la forêt sans la brusquer, sans entrer dans un système trop industriel. Eviter d’exploiter les vieux arbres couverts de nombreux champignons.

o   Développer le suivi de la biodiversité forestière : Construire des indicateurs directs de gestion durable – Mieux comprendre les processus écologiques.

o   Contextualiser  les actes de gestion de la forêt en fonction de son ancienneté, du type de station (surface, isolement, lisières), de l’environnement : Pratiquer la meilleure sylviculture possible à l’échelle du peuplement.

o   Encourager l’agroforesterie (1/3 des agriculteurs seraient intéressés – 1/3 indécis – 1/3 non intéressés : www.agroof.net) pour réconcilier l’agriculteur avec l’arbre ; et répondre aux aspirations agricoles et forestières. Revoir les aides pour favoriser la mutation ; et favoriser l’installation des jeunes agriculteurs.

Nb : Vidéo de présentation de l'agroforesterie : link

o   La science permet de réduire l’incertitude ; mais pas de l’éviter.

o   Les gouvernances doivent être plus intégratrices, au plus près des Elus locaux, pour ne rien négliger des apports multifonctionnels de la forêt ; ni des efforts à consentir pour réussir le Plan Forêt régional.

Pour Emmanuel CAU (vice-président du Conseil Régional en charge de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement), le Plan Forêt régional ne correspond pas à un modèle, mais à un choix de société qui passe par :

-          Un développement forestier équilibré ;

-          La récupération de la qualité de l’eau ;

-          L’amélioration de la santé.

Ce n’est pas une histoire d’ambition, mais une nécessité : « On a vidé le coffre ».  

NB : Pour aller plus loin - Mémento - Filière Bois 2012 : link

Partager cet article

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Verlinghem Autrement
  • : L'objectif du blog est d'informer et de communiquer avec les Verlinghemmois; et d'inciter aux actions citoyennes du Développement Durable : une économie circulaire et collaborative, inspirée des écosystèmes naturels qui recyclent tout.
  • Contact

Recherche