Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 15:25

Vous trouverez ci-après le compte-rendu de la conférence d'Alain JUILLET sur

"La France dans le monde de demain au travers de l'intelligence économique".

Cette conférence était organisée par CEPI Management.

 

Conférence d’Alain Juillet du 20 juin 2012 – salle Caroni à Marcq en Baroeul

Ouverture de la conférence par Jacques DELAUME, Président de CEPI Management.

Présentation du conférencier par Franck THERY, directeur général de CEPI Management & directeur CPA Lille. Alain JUILLET a été militaire, dirigeant d’entreprises, haut fonctionnaire, directeur du renseignement à la DGSE … . Depuis 2011, il est président du Club des Directeurs de Sécurité des Entreprises (CDSE). Il est également professeur en stratégie et en gestion de crise au CPA ; et Maître de conférences à Sciences Po.

------------------

L’Intelligence Economique (IE) est un ensemble de techniques, de processus et de méthodes pour comprendre l’environnement ; détecter les innovations et signaux faibles ; interpréter et décider.

Pour gagner la compétition, et savoir anticiper l’avenir, il faut de la prospective : avoir une posture d’écoute – recueillir et analyser les données, les comportements, les évènements, les tendances - pour élaborer des scénarios possibles.

L’Intelligence Economique est utilisable par toute taille d’entreprise ; et toutes les activités.

1-    La fin du « vieux monde » occidental

Le contexte géoéconomique  évolue au profit des pays émergents et en développement : les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ; mais aussi la Turquie, l’Indonésie, le Mexique. Autant de pays en croissance qui bouleversent les anciens équilibres ; et qui déplacent le centre économique mondial vers l’Asie.

En 2030, et compte tenu de sa croissance, la Chine sera au même niveau que les Etats-Unis. Et en 2050, la France et l’Allemagne ne feront plus partie des 10 premières puissances mondiales !

Dans la confrontation entre les continents américain et asiatique pour prendre le leadership (d’où les attaques de l’euro), l’Europe ne peut s’en sortir qu’unie (sans la fracture entre l’Europe du Nord et celle du Sud). Or, avec le plus gros PIB mondial actuellement, elle n’en prend pas le chemin.

Face à cette situation, comment nos entreprises puissent-elles conserver une activité dans le futur ?

« Rester chez soi, la vie est belle » n’est plus vrai car, avec le changement d’échelle, le marché est devenu mondial. Les pays émergents et en développement nous prennent des parts de marché en fournissant des produits moins chers (moins de charges – moins de contraintes) : d’où une perte d’activités et d’emplois. Il faut donc exporter pour maintenir des activités chez nous ; et compenser en allant chez eux prendre des parts de marché.

Dans ce contexte, comment nous défendre ?

Nous devons être le mieux informé possible pour détecter les opportunités ; comprendre les attentes des consommateurs ; connaître les concurrents, leurs brevets et pratiques commerciales et financières ; connaître les lois en vigueur et les systèmes de protection contre les importations (Aux USA, taxation des produits étrangers pour ne pas être vendus moins chers que les leurs).

2-    L’Intelligence Economique comporte plusieurs phases

2.1 La veille et la Prospective 

Le produit unique pour tous les pays, c’est terminé. Chaque pays attend le produit qui lui convient.  Notre outil industriel doit donc pouvoir s’adapter pour répondre aux besoins : ce qui est difficile pour la production en grande série.

L’Intelligence Economique consiste à :

-          Chercher les informations utiles, en respectant la légalité ; et en les mettant à jour quotidiennement. La photo à un instant donné n’est plus suffisante dans un monde en évolution constante.

-          Détecter ce qui est atypique dans le paysage ou le champ d’étude (innovations – signaux faibles) ; et les éléments qui dénotent par rapport à la normale. Encore faut-il connaître la normalité (ex. Par rapport au Terrorisme : celui qui veut apprendre à décoller et à piloter un avion de ligne, mais pas à atterrir ! Ou en Météo, l’arrivée d’une vague de 20m dans le Pacifique qui va créer un tsunami).

2.2 Le recueil d’informations pertinentes : douter et recouper

Avec Internet, il y a pléthore d’informations par rapport aux besoins. Mais les bases de données ne sont pas toujours fiables (20% faux, faute de temps pour contrôler).  Aussi faut-il maîtriser l’information en la vérifiant ; et en recoupant plusieurs sources pour connaître la vérité.

Les réseaux sociaux sont également une mine d’informations durables.

2.3 Le traitement : compiler, synthétiser et diffuser la bonne information le plus vite possible aux collaborateurs concernés

S’intéresser aux machines, aux procédés, aux comptes, aux audits n’est plus suffisant. Il faut connaître également les clients, les dirigeants, les actionnaires, et leurs réseaux.

2.4 La protection : savoir se protéger des concurrents

Les points clés à protéger doivent être identifiés pour mettre en place les structures de défense adaptées.

Le Personnel  doit aussi être sensibilisé et formé sur ce qui doit être protégé : le patrimoine matériel et immatériel de l’entreprise (savoirs faire, brevets, R&D, informations stratégiques du Système d’Informations).

Attention au développement des systèmes d’interception des télécommunications (Smartphones), aux vols d’ordinateurs, aux écoutes dans les transports et aéroports … .

Il ne faut pas être naïf. Les attaques ne sont pas réservées aux seules grandes entreprises (3000 attaques /an) : 60% d’entre elles sont issues d’entreprises françaises – 25% d’entreprises de pays alliés – 15% de Chine, Russie, … . Il y a d’ailleurs 2 types de Directeurs de Systèmes d’Informations (DSI) : les menteurs qui disent n’avoir jamais été attaqués ; et les incompétents qui disent que c’est impossible.

Même si c’est difficile de garder un secret, il faut freiner les intrusions, et éviter les vols. D’autant que tout le monde ne respecte pas les mêmes règles : L’idéogramme chinois du mot « création » est le même que celui du mot  « copie ». Ce n’est donc pas une faute de copier pour un chinois.

Comme nous savons être copiés, l’entreprise doit toujours être en avance en ayant « en carton » le nouveau produit ou la nouvelle version. C’est ainsi que, grâce à l’annonce d’une nouvelle version française du TGV,  les coréens n’ont pas réussi à vendre le leur qui était une copie de la version française précédente.

2.5 L’influence : Persuader, convaincre par l’argumentation, faire de la propagande

Sans manipulation, un choc émotionnel peut amener un acheteur potentiel à revoir son jugement. Exemple : Dire que le tapis a été fabriqué par des enfants crée un sentiment d’immoralité pour l’acheteur potentiel ;  de même en affirmant que le bois d’un meuble a contribué à la déforestation.

Conclusion

Nous vivons dans un monde où tout compte. Sans être naïf ni paranoïaque, l’information stratégique doit être protégée.

Des informations stratégiques peuvent être communiquées par télétransmission. Mais pour éviter les fuites, elles doivent être cryptées.

Seules survivront les entreprises pratiquant l’Intelligence Economique :

« Les signaux faibles n’arrivent qu’à ceux qui savent les percevoir ».

L’Intelligence Economique s’applique à tout (Entreprises, Sport, Tourisme, Juridique …)  pour déceler des opportunités, et réviser les stratégies et tactiques.

En plus des Chambres de Commerce, un partenariat Public-Privé, géré par l’Etat, pourrait aider les petites et moyennes entreprises dans le domaine de l’Intelligence Economique.

L’Etat pratique l’Intelligence Economique : ex. pour défendre l’A380 d’Airbus par rapport au  Streamliner  de Boeing (en informant sur un forum d’ingénieurs des défauts de l’avion américain encore au stade des études).

Aux USA suite aux attentats du 11 septembre, la loi antiterroriste «Patriot Act » a renforcé les pouvoirs d’investigations et d’enquêtes de police.

La norme est un outil de guerre pour celui qui réussit à imposer la sienne (ex. La Chine avec les téléphones portables). Or chez nous, la norme est un consensus pour tous. Et il faut du temps pour changer de culture ; surtout dans un pays à la pensée unique.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article

commentaires