Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 15:10

Tous les spécialistes le disent, il est plus que temps de changer de cap ; de penser et d’agir autrement ; de produire et de consommer sans piller la planète (du durable et du réparable plutôt que du jetable, dans nos modes de production et de consommation) :

-           « Les problèmes mondiaux et la concomitance des crises sont des enjeux réels qui nous impactent déjà ; et qui s’amplifieront si nous ne changeons pas nos modes de vie » - Guibert Del Marmol lors du rendez-vous du Campus Nord-Europe du 10 juin 2010 (Compte-rendu sur ce blog). L'Humanité est à un carrefour - Guibert del Marmol le 10/06/2010

 

-          « Le réchauffement climatique actuel est dû aux émissions passées de gaz à effet de serre. Ne pas se préoccuper de l’adaptation indispensable est faire un mauvais geste à l’humanité, en particulier aux plus pauvres des pays du Sud. Il faut au contraire anticiper les évènements pour éviter d’emballer un moteur » - Hervé Le Treut lors du rendez-vous du Campus Nord-Europe du 01/12/2010 (Compte-rendu sur ce blog). Le changement climatique : Hervé le Treut le 01/12/2010

 

-          « Tout être humain est menacé des mêmes dangers mortels. L’illusion du progrès s’est dissipée par l’abandon de l’idée de croissance infinie ; par la découverte des menaces nucléaires, climatiques, écologiques ;  et par la perte d’un futur assuré : précarités et angoisses du présent – dégradation croissante de la biosphère – accroissement des inégalités – émeutes de la faim et flux migratoires – crises multiples du développement, de l’occidentalisation, de la mondialisation, de la financiarisation. Or, pour sauver l’humanité, des alternatives existent ; et des initiatives fleurissent partout sur la planète ».  Edgar Morin dans « La Voie » pour l’avenir de l’humanité.

-          Voir le compte-rendu de la conférence de Pascal CODRON (Directeur de l'ISA, l'Insitut Supérieur de Lille) : L'agriculture peut-elle nourrir le monde : P.Codron à l'ISA

Des civilisations anciennes sont disparues suite à une mauvaise gestion de l’environnement. Or en matière de ressources naturelles, nous dépensons 20% de plus à l’échelle mondiale par rapport à ce que la nature est capable de produire. Nous avons donc contracté une « dette écologique » qu’il convient de rééquilibrer par un développement durable.

La technique nous permettra-t-elle toujours de nous en sortir ?

Ci-après la reprise du plan de diapositives de Marc-DUFUMIER, avec des arguments et des annotations complémentaires.   

Marc DUFUMIER (ingénieur agronome et agroéconomiste, professeur et chercheur à l’AgroParis Tech, engagé dans le Grenelle de l’Environnement) a participé à l’AG de l’APLI62 le 6 juin 2011. Il considère que les agriculteurs sont les victimes d’un système économique qui a atteint ses limites.  C’est un ardent défenseur d’une agriculture plus diversifiée, et orientée sur des pratiques plus agro-écologiques, plus économes et plus respectueuses de la biodiversité et de l’environnement. La revitalisation et le retour à la diversification assureront l’avenir de l’agriculture en alliant l’agronomie, l’écologie, l’économie et le social.

Des vidéos de l’AG APLI62 sont accessibles sur le net (Tag Internet : Marc DUFUMIER).

1-    Les Enjeux internationaux

 

-          Fournir une alimentation de qualité pour une population mondiale croissante :

o   9 milliards d’habitants prévus en 2050. Pour FRED PEARCE, journaliste au "NEW SCIENTIST", nous produisons assez pour nourrir les 9 milliards d'habitants. Le problème réside dans le fait qu'une partie de cette production sert à nourrir le bétail et à produire des agrocarburants. C'est la distribution de la nourriture et le combat contre la pauvreté qui doivent être améliorés. Et la "bombe population" se désamorce car les femmes actuelles font 2 fois moins d'enfants que leurs mères; et pourrait être remplacée par la "bombe consommation".

o   Conquête de terres agricoles à l’échelle planétaire au détriment de la souveraineté alimentaire des pays d’accueil, de l'agriculture paysanne, et de populations malnutries.

o   Une consommation à 2 vitesses ; avec de plus en plus de pauvres à nourrir.

-          Fournir des matières premières de plus en plus diversifiées pour d’autres secteurs d’activité :      biomatériaux (fibres textiles), agro-carburants … .

-          Fournir des services environnementaux.

-          Sauvegarder le monde paysan ; et procurer des revenus décents aux agriculteurs.

-          Protéger le cadre de vie :

o   Produire avec des énergies renouvelables.

o   Emettre moins de gaz à effet de serre.

-          Eviter tout dégât occasionnel sur les potentialités productives des écosystèmes :

o   Transmettre aux enfants une planète vivante.

2-    Le contexte

 

-          Le réchauffement climatique global :

o   Il va falloir s’adapter pour faire face à la fréquence accrue des accidents climatiques (sécheresses, inondations, tornades, cyclones) ; et donc diversifier les systèmes de production.

o   L’agriculture peut contribuer à atténuer le réchauffement climatique en évitant  d’avoir des terres à nu sur de longues périodes (avant semis et après récolte).

o   Le déclin du monde naturel impactera tôt ou tard nos revenus.

o   Impacts géopolitiques des changements climatiques (guerres pour l'eau).

o   L'ONU reconnait le 20/07/2011 l'importance du changement climatique pour la paix et la sécurité du monde. 

-          L’extension des villes sur les meilleures terres agricoles :

o   En France, perte de l’équivalent d’1 département tous les 7 ans. La terre nourricière est une ressource naturelle non renouvelable.

o   50% de la population mondiale vit en ville ; et parmi l’autre moitié 4% seulement sont agriculteurs !

o   Toutes les terres seront utiles pour nourrir les 9 milliards d'habitants.

-          La raréfaction de nombreuses ressources naturelles non renouvelables :

o   Accroissement du coût des énergies fossiles (pétrole, gaz), des phosphates, et des intrants manufacturés à base de pétrole (engrais chimiques).

-          Des mouvements migratoires de plus en plus massifs :

o   Exode rural ; migrations internationales suite aux guerres liées aux crises bioclimatiques.

o   L’industrie et les services ne peuvent procurer un emploi à tous.

-          Une demande pour des produits de qualité et une alimentation plus végétale :

o   Quels que soient les revenus des clients.

o   Plus de précarités, de travailleurs pauvres, et de dépenses contraintes (loyer, énergie) faisant du poste alimentaire la variable d’ajustement du budget familial.

3-    Les problèmes cruciaux actuels

 

-          La malbouffe : dioxine (poulet), hormones (lait), prions (vache folle), pesticides (légumes), transgènes (OGM) dans nos aliments, pauvreté en matière sèche et nutriments,  perte de qualité gustative des produits, feedlots aux USA (camps de concentrations pour bovins).

o   Malgré la baisse du pouvoir d’achat, il y a une demande croissante non satisfaite pour des produits bio et certifiés.

-          La pollution des eaux : nitrates (algues vertes), phosphates, pesticides (glyphosate, POEA, ...), médicaments, métaux lourds, PCB ... .

o   L'eau est un bien commun naturel.  

o   Des plantes deviennent résistantes aux herbicides; et des bactéries résistantes aux antibiotiques (antibiorésistance).

o   Le manque de matières organiques accentue l’érosion et la pollution.

-          La dégradation des sols : manque d’humus, pollution, érosion, salinisation (irrigation), surpâturage, etc :

o   Plus d’exportations que d’importations (agriculture minière).

o   Une perte de patrimoine écologique naturel pour les futures générations : l’environnement c’est la vie.

o   Interview de Claude BOURGUIGNON : link

-          L’érosion génétique (perte de biodiversité) et les espèces invasives :

o   Menace sur les abeilles (frelon asiatique)

-          Artificialisation et fragilisation des écosystèmes :

o   Perte de biodiversité : diminution du nombre d'agriculteurs pratiquant la polyculture et l'élevage; l'agrochimie; la monoculture.

o  Le regroupement des parcelles favorise la mécanisation; mais concourt à la disparition des haies et des bordures végétales qui sont autant de refuges pour la biodiversité.

o   En France, 74.000 ha/an de terres agricoles converties en lotissements, routes , zones d'activités ou commerciales.

-          L’abaissement des nappes phréatiques :

o    Le maïs grain est une plante tropicale exigeante comme le blé, mais qui demande en France de l’eau en été.

-          L’effet de serre et le réchauffement climatique :

o   Menaces climatiques sur les rendements agricoles.

o   Attention aux effets de seuil qui engendrent des catastrophes en série. 

-          Des politiques publiques à revoir :

o   Pour ne pas traiter l’agriculture comme une autre activité.

o   Pour ne pas favoriser ceux qui dégradent l’environnement.

o   Pour limiter les importations de produits que l’Europe pourrait produire.

 

4-    Principales causes de non durabilité

-          Les cahiers des charges imposés par l’agro-industrie et les coopératives (des produits standards pour les industriels et les consommateurs) ; et les exigences de la distribution.

-          La sélection paysanne traditionnelle disparait au bénéfice de grands groupes multinationaux qui ne retiennent que des critères de sélection variétale standards pour le plus grand nombre d’environnements.

o   Perte de patrimoines génétiques pour des adaptations aux terroirs.

o   Perte de résistance aux maladies.

o   Dépendance des agriculteurs par perte d’autonomie semencière.

o   Les risques économiques des essais de production laissés aux agriculteurs.

o   Espèces végétales inadaptées.

o   Ne pas ignorer les limites de la science.

-          La course à la compétitivité : économies d’échelle, mécanisation et spécialisation excessives :

o   Course incessante à la productivité court-terme : Forçage chimique qui nuit au fonctionnement des écosystèmes - 1 feuille A4 comme espace de vie pour une poule en batterie - Pillage des mers par des bateaux usines ... .

o   Concentration des productions dans des exploitations plus grandes, moins nombreuses, plus intensives : d'où désertification et exode rural.

o   Délocalisations de productions agro-alimentaires à l’étranger.

o   Le modèle hyper-productiviste a atteint ses limites : surexploitation et perte de fertilité des sols. - risques environnementaux, écologiques et sanitaires (algues vertes en Bretagne).

o   Fragilité des élevages industriels d'où recours aux médicaments.

o   Souffrance du Personnel et des animaux.

-          La séparation agriculture-élevage :

o   Dévitalisation de la biosphère.

o   Impacts négatifs du modèle productiviste : environnement, sol, eau, santé humaine et animale.

-          La simplification des rotations et l’emploi accru de produits chimiques (engrais, pesticides, insecticides) :

o   La monoculture ne favorise pas la vie microbienne du sol.

o   Les sols cultivés avec des engrais chimiques meurent peu à peu - Claude BOURGUIGNON (Ingénieur agro).

-          Des transports de plus en plus longs (de plus en plus risqués et coûteux) ; et émetteurs de gaz à effet de serre :

o   La mondialisation a atteint ses limites. Le « libre-échange » prôné par les Occidentaux, pour avoir plus de débouchés, a conduit à l’ouverture des frontières ; et à un vaste mouvement de délocalisation des productions vers les pays émergents (main-d’œuvre moins chère).

-          Pétrole et gaz de plus en plus chers :

o   Engrais de plus en plus chers.

o   Augmentation du coût énergétique.

-          La PAC, le maïs et le manque de protection à l’égard des importations de protéagineux :

o   La nouvelle Politique Agricole Commune ne doit plus subventionner des productions exportées (ex. céréales) qui concurrencent les produits agricoles des pays pauvres.

o   Elle doit nous protéger à l’égard des importations de protéagineux.

o   Elle doit revenir à une politique de prix : la dérégulation est ruineuse pour les agriculteurs.

o   Elle doit promotionner une agriculture de qualité (labellisation, appellations d’origine géographiques, produits bio, certifications, …) par des prix rémunérateurs.

o   Les politiques ne doivent pas être orientées par la Finance ; et les échanges agricoles ne devraient pas être soumis aux règles de l’OMC (Servir de monnaie d’échange pour l’industrie et les services).

 

-          La tragédie des communs :

o   Le manque de confiance dans l’alimentation : présence de résidus chimiques.

o   Les dangers sanitaires.

o   La cancérisation des sociétés occidentales.

o   La santé des producteurs (Parkinson, cancers).

o   L’asservissement économique : la banque, le créancier par qui « tout passe ou tout casse ».

o   Des révoltes du monde paysan.

o   Le mal être des paysans dont les revenus reposent en partie sur les aides PAC.

o   La disparition du tissu rural.

Pierre PRIOLET sur RCF "Le cri d'un paysan" :

  http://podcast.rcf.fr/emission/143216/143470

5-    Défi = Mettre en œuvre de nouveaux systèmes de production agricole plus économes et moins gourmands en intrants 

 

-          Trouver le meilleur usage de l’eau, de l’énergie solaire, de l’azote de l’air et des éléments minéraux sur nos terrains agricoles :

o   Aucune menace sur le soleil (énergie inépuisable),  et le Carbone de l’air (surabondant).

o   Tirer partie du cycle naturel de l’azote (gaz le plus répandu dans l’atmosphère) ; et des potentialités des écosystèmes pour être moins dépendant de l’agrochimie. Les légumineuses (pois, haricots, fèves) fixent l'azote de l'air dans les nodosités des racines.

o   Par la photosynthèse (Absorption du CO2 et libération de l’O2), le Carbone de l’air et l’eau, la plante transforme l’énergie solaire en énergie alimentaire en produisant des sucres, de l’amidon, du fructose.   

-         Intensifier le fonctionnement naturel des écosystèmes; et la lutte intégrée contre les maladies et les ravageurs.

-         Produire des calories alimentaires (céréales, huiles, amidon).

-          Produire des protéines alimentaires : moins de viande plus de légumes.

-          Produire des agro-carburants et des biomatériaux (textile).

-          Economiser l’énergie.

-          Recycler les déchets (méthanisation).

-          Développer l'éducation permanente pour diffuser les nouvelles techniques agro-biologiques; et la connaissance des problèmes posés par l'écologie et la mondialisation.

6-    Des alternatives techniques ne manquent pas

 

-          Agriculture durable (comme le bio certifié), plus agro-écologique, plus respectueuse de l’environnement :

o   Nourrir le sol avec du fumier plutôt qu’avec du lisier : minéralisation des matières organiques par les vers de terre et la microfaune du sol.

o   Favoriser le travail du sol par les micro-organismes : apports organiques de broyats de rameaux frais  (BRF ou Bois Raméal Fragmenté) qui stimulent la croissance de champignons et la faune du sol ; qui nourrissent, reconstituent et fertilisent le sol.

o   Agroforesterie : associations de lignes d’arbres aux cultures (noyers, chataigniers, pommiers, oliviers, ...) qui créent des synergies positives, qui limitent les nitrates dans les nappes phréatiques, qui regénèrent les sols, qui luttent contre la sécheresse (vent, incendies) ; et qui diversifient les productions et les sources de revenus.

o   Elevages en semi-liberté, sur paille et à l’herbe,  au pré plutôt qu’en industriel (hors-sol). Les systèmes herbagers (ex. association d’une graminée comme le ray-grass et d’une légumineuse comme le trèfle blanc)  préconisés par André POCHON (agriculteur breton) donnent d’excellents résultats ; en économisant l’engrais azoté et en limitant les emblavements de maïs fourrager.

o   Replanter des haies (la flore détermine la faune) qui favorisent la biodiversité (= banque de ressources génétiques), qui forment des corridors écologiques, qui protègent les animaux (abris naturels),  et qui limitent le ruissellement.

o   Replanter des arbres (arbre nourricier qui fournit du bois, du combustible, de l’huile et des fruits) : synergies et ombre aux cultures.

o   Préserver les auxiliaires des cultures (les ennemis naturels et prédateurs des nuisibles).

o   Désherbage mécanique plutôt que chimique.

o   Alterner labour et non labour.

o   Polyculture plutôt que monoculture.

o   Couvrir les sols après la récolte : cultures intermédiaires pour éviter les lessivages et la battance des sols.

o   Rotation des cultures sur une période longue (résistance aux maladies – restructuration du sol).

o   Semences traditionnelles plutôt qu’industrielles

o   Bio-pesticides et engrais organiques plutôt que des produits de synthèse.

-          Agricultures de proximité recentrées sur les marchés et terroirs :

o   Rapprocher le producteur du consommateur final : Plus de transparence, plus de dialogues, moins d’intermédiaires.

o   Relocaliser les productions sur le marché intérieur.

o   Privilégier autour des villes (ceintures vertes) des productions à haute valeur ajoutée : « le métier de paysan consiste avant tout à nourrir ses voisins ».

o   Associer la polyculture et l’élevage.

o   Maintenir une agriculture à haute qualité environnementale sur l’ensemble des territoires.

-          Des exploitations agricoles familiales, de taille moyenne, plus autonomes : plus d’emplois, moins dépendantes des multinationales.

-          Des revenus suffisants pour vivre décemment, et investir dans la qualité :

o   Lutter contre la volatilité des prix.

o   Payer les producteurs au "juste prix" en intégrant aux coûts de production un salaire décent.

o   Réorienter la PAC pour que nos producteurs ne soient pas  « des ouvriers du low cost ».

-          La gestion sociale de l’eau :

o   Economiser l’eau : récupérer l’eau de pluie.

o   Cultiver des variétés économes en eau.

-          Les énergies renouvelables (solaire, éolien, géothermie, méthanisation).

-   Les micro-algues (recherches en cours) pour la production d’agro-carburants de 3ème génération qui ne concurrenceront pas les cultures alimentaires : 

     o   Biocarburants actuels de 1ère génération produits à partir du colza, du soja, du tournesol, du palme pour le biodiésel; et tirés de la betterave, de la canne à sucre, du blé, du maïs pour le bioéthanol.

     o   Biocarburants de 2ème génération prévus à partir du bois, des feuilles, des tiges, de la paille, des déchets verts. 

-          La réhabilitation des circuits courts : meilleurs revenus pour les producteurs, moins de pollutions, épargne de terres agricoles (moins de parkings).

o   Empathie naturelle des consommateurs pour les agriculteurs.

-          L’exportation de produits élaborés (ex. du Beaufort plutôt que du lait) sur des marchés solvables qui ne concurrencent pas les productions des pays pauvres.

Pour un futur positif et durable, l'observation de la Nature permet de s'adapter et durer (= le biomimétisme = l'innovation inspirée par la nature vivante). La nature capte l’énergie solaire (gratuite); s'adapte aux conditions locales (sol, climat - pas de standardisation); recycle tout (pas de déchet - tout est biodégradable y compris les toxines); capitalise sur la diversité et la coopération (biosystèmes) :  Une vidéo de Gauthier CHAPELLE (biologiste) : link

La bonne agriculture (produire sans détruire) est un alliage subtil entre l’agronomie, l’écologie et l’économie. L’ultralibéralisme agricole est incompatible avec la préservation de l’environnement et de ses ressources ; avec la sécurité alimentaire et le développement de la biodiversité.

Il faut être lucide pour reconnaître que la fuite en avant de la technique n'est pas la solution; et être plus astucieux et plus intelligent pour comprendre les signaux d’évolution du monde : pour anticiper plutôt que subir. Les déséquilibres existants sont autant d’opportunités à exploiter, à innover. Aussi faut-il savoir déceler et exploiter celles qui sont basées sur des « trends » porteurs, et des tendances durables. La renaissance provient d’initiatives locales individuelles; et de proposition novatrices marginales.

Pour restaurer la confiance, les Politiques sauront-ils travailler plus pour le long terme que privilégier le court-terme (les élections) ? Voici quelques exemples :  Un nouvel ordre alimentaire mondial - Favoriser l’indépendance alimentaire et l'autosuffisance énergétique - Inverser le mouvement d’exode rural sur l'ensemble des territoires - Limiter les cumuls - Mettre en lumière les initiatives locales qui ne dégradent pas l’environnement ; qui travaillent en harmonie avec le milieu naturel - Défendre l’agriculture fermière - Lutter contre les spéculateurs et prédateurs, les inégalités et la volatilité des prix (après l’union monétaire, une union économique et politique européenne) – Rémunérer les externalités positives des méthodes de production (effets sur la santé, la qualité de l’environnement, l’emploi de main d’œuvre …) - Aider les transitions pour une agriculture durable - Interdire le commerce international des agro-carburants - Interdire le torchage des gaz en sortie des torchères pétrolières …   ?

Sans changement de cap, indignons-nous de nos façons de faire, ou de ce que nous laissons faire.

A écouter "Elle pleure elle pleure ma planète" : link

Le Mené - Energies et Territoires Ruraux : link

Conversion au Bio : link

Conservation Nature : link

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Verlinghem Autrement
  • : L'objectif du blog est d'informer et de communiquer avec les Verlinghemmois; et d'inciter aux actions citoyennes du Développement Durable : une économie circulaire et collaborative, inspirée des écosystèmes naturels qui recyclent tout.
  • Contact

Recherche