Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 16:46

logo_Institut_Nal_Cancer.gifVoir sur le site de l'Institut National du Cancer l'état des connaissances et les recommandations en termes de prévention, notamment "Nutrition et Prévention des cancers" :
www.e-cancer.fr

Egalement ci-dessous le résumé d'une conférence donnée par le docteur David Servan-Schreiber à La Mutualité à Paris, le 12 juillet 2007
. Même si des données ont changé, ou ont été complétées depuis, cette conférence est toujours intéressante, et toujours visible en intégralité sur le site www.guerir.fr en cliquant sur le lien ci-après  :
http://www.guerir.fr/conferences-de-david-servan-schreiber


 

Chacun a des cellules cancéreuses qui « dorment » en nous. Mais seulement 1 sur 4 dans le monde occidental va mourir d’un cancer ; ce qui signifie que pour 3 personnes sur 4 des mécanismes peuvent les protéger du cancer.

1- Mais pour accompagner au mieux les traitements ; vivre en « paix armée » avec un cancer; éviter un cancer ou des récidives, il faut COMPRENDRE LES FORCES QUI AGISSENT ET S’EN SERVIR (= forcer le destin).

 

2 observations démontrent que la « façon de vivre » constitue un véritable « engrais » pour le cancer :

- L’évolution du nombre de cancers est rapide et alarmante. Mais en analysant les courbes statistiques de survie, 50% des personnes atteintes d’un cancer sont du bon côté de la médiane de survie ; et certaines d’entre elles vivent très longtemps.

- Le cancer est une maladie des pays riches : à âge égal et conditions de dépistage égales, il n’y a pas de cancer du sein dans certaines zones en Inde et en Chine. De plus, la 1ère ou 2ème génération de chinois ou japonais qui ont émigré aux USA sont touchés à leur tour par le cancer. Les taux de cancer du Japon (population plus vieille et systèmes de dépistage comparables) sont, selon le type de cancer (sein, prostate, colon), 7 à 60 fois inférieurs aux nôtres : dans cette population, quelque chose empêche donc les cellules cancéreuses de se développer ; contrairement à chez nous où une forme « d’engrais » aide le cancer à se développer.

 

Depuis la 2ème guerre mondiale, 4 raisons importantes expliquent entre autres l’évolution alarmante des taux de cancers :

 

1- L’augmentation de la consommation de sucre raffiné (sucreries, farine blanche) : 5 kg au 19ème siècle en Occident – et fin du 20ème siècle : 35 kg /personne /an en France et 70 kg /personne /an aux USA. Or le cancer se nourrit avant tout de sucre ; et l’organisme n’est pas fait pour gérer une telle charge de sucre.

 

2- Le déséquilibre du rapport des acides gras essentiels Ω6/Ω3 qui contrôlent les paramètres de l’inflammation. Les huiles végétales apparues depuis 1945, riches en Ω6 et sans Ω3, nourrissent les mécanismes inflammatoires ; surtout celles qui sont hydrogénées pour augmenter leur fréquence d’utilisation. Nos aliments se sont transformés depuis la 2ème guerre mondiale (passage d’une alimentation animale naturelle à base d’herbe à une alimentation artificielle à base de maïs et de soja) : le rapport Ω6/Ω3 de la viande de bœuf est passé de 3 pour 1 (en 1960) à 7 ou 8 pour 1 (en 2000). De même pour l’œuf qui était un « aliment santé » (comme la viande et le lait) : le rapport Ω6/Ω3 est passé à  plus de 30 pour 1 (en 2000) à 2 pour 1 (en 1960) ! Nous consommons toujours la même chose, mais la qualité des aliments à changer ; d’où la progression du nombre de cancers, des maladies cardiaques et Alzheimer.

 

3- Les contaminants chimiques (pesticides, insecticides) et certaines molécules de synthèse contenues dans des produits d’usage courant comme des articles ménagers, des parfums et des cosmétiques. Des pesticides ont des actions hormonales qui, déversés dans les rivières, changent le sexe des poissons. Ces produits peuvent donc avoir un impact hormonal sur l’organisme humain : baisse de la fertilité du sperme humain de -1,5% /an depuis 30 ans !

 

4- Le manque d’activités physiques : la sédentarité qui n’existait pas avant la 2ème guerre mondiale.


nb : Nous pourrions ajouter le nuage de Tchernobyl comme cause de cancer.
 

2- Que faire pour prévenir du cancer ?

 

1- Donner de l’argent pour la recherche : c’est nécessaire mais pas suffisant.

 

2- Par nous-mêmes, changer nos habitudes et notre façon de vivre pour lutter activement contre le cancer.

Les traitements conventionnels (chirurgie, médicaments, chimio) sont indispensables pour guérir d’une tumeur ; mais ils ne changent pas la capacité du corps à lutter par lui-même.

Or, il faut savoir qu’un cancer se développe sur un « terrain » favorable. Il faut donc modifier le terrain pour développer la capacité du système immunitaire (la sentinelle du corps) à détecter les cellules cancéreuses ; et pour certains cancers à les éliminer. Dans certaines circonstances, la combinaison des 2 (traitements conventionnels + terrain) peut avoir des effets de synergie remarquables.

 

Comment renforcer et/ou stimuler nos défenses naturelles ?

-          Réduire la consommation de produits sucrés (pâtisseries, desserts, farines blanches) : à travers l’insuline, le sucre participe à la démultiplication des cellules adipeuses et cancéreuses. Consommer de préférence du pain « multi-céréales » : il ne fait pas monter le taux de sucre dans le sang (contrairement à la baguette).

 

-          Consommer des Ω3 ; et éviter les huiles ne contenant que des Ω6 (huile de tournesol, huile de maïs, huile d’arachide), ainsi que les huiles Ω6 hydrogénées qui sont les plus toxiques (utilisées souvent pour les frites et les chips). Les remplacer par l’huile d’olive (huile neutre mais avec des anti-oxydants) ou l’huile de lin.

 

-          Modérer la consommation de produits laitiers (maïs dans l’alimentation des vaches), sauf si les vaches sont nourries de préférence à l’herbe, ou avec des compléments alimentaires pour équilibrer (fourrages, 5% graines de lin). De même pour la consommation des viandes, du beurre, du fromage et des œufs.

 

-          Modérer la consommation de viande rouge : 500 g de viande rouge /semaine suffisent. Eviter de consommer la peau des volailles. Remplacer la viande par des légumes secs.

 

-          Attention à l’eau du robinet dans certaines régions.

 

-          Inverser dans l’assiette le rapport « viande / légumes » : des légumes avec un peu de viande plutôt que l’inverse (Steaks Frites).

 

-          Consommer des fruits et légumes : le pouvoir de leurs ingrédients est très supérieur aux inconvénients représentés par d’éventuels résidus toxiques.

 

-          Manger des produits naturels et des produits « bio » c’est mieux, car moins exposés aux contaminants chimiques.

 

-          Eviter les produits courants qui sont des cancérigènes avérés comme certains produits d’entretien. Avant usage, aérer pendant 2h les vêtements nettoyés à sec.

 

-          Eviter l’aluminium (qui induit des mécanismes inflammatoires, et qui favorise Alzheimer) pour cuire des aliments (poisson en papillotte) ; ou des anti-transpirants avec de l’aluminium (surtout les personnes qui se rasent les aisselles).

 

-          60% des nouveaux médicaments sont dérivés directement de produits naturels (plantes avec des molécules anti-cancer).

 

-          Des aliments comme l’ail, le thé vert, le curcuma, l’oignon, le brocoli … peuvent inhiber jusqu’à 100% l’action de certains cancers (ex. colon) : tests réalisés sur des cellules cancéreuses en laboratoire.

 

3- Diminuer, voire neutraliser les sentiments d’impuissance et sans recours qui nuisent à l’activité du système immunitaire; et contrôler ses réactions ou réponses aux stress :

 - Le Stress ne cause pas directement de cancer ; mais des réactions induites peuvent alimenter la progression d’un cancer.

- L’annonce d’un cancer est un traumatisme, et une maladie difficile à vivre. Si en plus, il y a un 2ème coup affectif derrière alors la physiologie part souvent en débandade (= phénomène du « Toucher Couler »). Un soutien affectif et moral est donc essentiel.

- La confiance et le sentiment de pouvoir s’en sortir stimulent la capacité naturelle de défense contre le cancer.

 

4- Faire plus d’activités physiques : quand c’est possible, éviter la voiture pour faire ses courses, aller à l’école ou au travail ; le sport ou la marche.

 

Sur 240.000 cas de nouveaux cancers /an en France, 40% environ peuvent être évités par une alimentation mieux équilibrée (moins de sucre, moins de viande et de produits laitiers, des huiles équilibrées en Ω3, plus de fruits et légumes) et par plus d’activités physiques.

 

 

La prévention du cancer de la prostate : les alertes

http://www.medisite.fr/prostate-les-signes-qui-doivent-alerter.1690.64.html?page=0,0

 

Ce qu'il faut savoir :

http://sante.planet.fr/prostate-faut-il-se-faire-depister-par-psa.14523.64.html?xtor=EPR-13 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Santé Forme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Verlinghem Autrement
  • : L'objectif du blog est d'informer et de communiquer avec les Verlinghemmois; et d'inciter aux actions citoyennes du Développement Durable : une économie circulaire et collaborative, inspirée des écosystèmes naturels qui recyclent tout.
  • Contact

Recherche