Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 15:20

Pour le Développement Durable, voir sur le site du Ministère de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt le projet agro-écologique :

 

Thèmes 

 

Projet agro-écologique – Stéphane Le Foll

link 

Produire autrement - Témoignages

link 

Produire autrement

link

Cultiver autrement

link 

Elever autrement

link 

Apprendre autrement

link 

Vivre autrement

 link

 

Le Développement Durable est l’affaire de tous.

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 12:29

Comme d'autres communes du SIVOM Alliance Nord-Ouest, Verlinghem dispose désormais d'un nouvel outil internet pour découvrir quelques aspects de son histoire et de son évolution (Cartes Postales, Photos, Textes) : HistorioScope.

 

Verlinghem

http://verlinghem.historioscope.com/

Lambersart 

http://lambersart.historioscope.com/

Marquette-lez-Lille 

http://marquettelezlille.historioscope.com/

Quesnoy-sur-Deûle 

http://quesnoy-sur-deule.historioscope.com/

Saint-André 

http://saint-andre-lez-lille.historioscope.com/

Wambrechies

http://wambrechies.historioscope.com/

Pérenchies

http://perenchies.historioscope.com/

 

L'Historioscope a été conçu et piloté par Franck ASTRUC (Président du Musée de la poupée et du jouet ancien à Wambrechies - link ): Nombreuses réunions avec les groupes de travail - Collecte des cartes postales, des photos anciennes, et des textes auprès des historiens, des associations, et des citoyens. Des photos récentes ont été prises pour faire un parallèle avec des photos anciennes des lieux les plus remarquables.

 

Si vous avez des photos, textes ou autres témoignages du passé, n'hésitez pas à transmettre vos informations auprès de la mairie de votre commune. Vous contribuerez ainsi au devoir de mémoire, en particulier pour les générations futures.

 

Historioscope-Mairie.jpg

 

Quelques remarques pour la navigation 

- En haut d’écran se trouvent le choix d’options : Accueil – Les Circuits – Les Lieux - Contact

- Option : Les Circuits

ü  Sélectionner un Parcours (Affichage du plan) / Détail du circuit (affichage des lieux numérotés).

ü  Démarrer le circuit ou cliquer directement sur le n° du lieu à visiter

ü  Sous AVANT (en bas d’écran), défilement possible du carrousel de photos miniatures anciennes en bougeant horizontalement la souris sur les photos, plus ou moins vite pour accélérer ou ralentir le défilement. Possibilité de sélectionner une photo du carrousel en cliquant dessus ; et recliquer sur la photo agrandie pour l’afficher au centre (affichage plus grand).

ü  Sous MAINTENANT (en bas d’écran), défilement possible du carrousel de photos miniatures récentes en bougeant horizontalement la souris sur les photos, plus ou moins vite pour accélérer ou ralentir le défilement. Possibilité de sélectionner une photo du carrousel en cliquant dessus ; et recliquer sur la photo agrandie pour l’afficher au centre (affichage plus grand).

ü  Les grandes flèches en bordure d’écran permettent de passer au lieu précédent (flèche gauche) ou suivant (flèche droite).

o   Possibilité d'afficher le texte en plus grand par la loupe : Utiliser la molette de la souris pour se déplacer dans le texte.

- Option : Les Lieux

ü  Afficher pour démarrer la visite à partir du lieu n°1 ; ou cliquer directement sur le n° du lieu à visiter.

ü  Voir le paragraphe  « Les Circuits » pour les autres options.

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Patrimoine
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 18:39

Le 12 décembre 2012 à Lille Grand Palais, avec plus de 500 participants,  a eu lieu la 5ème édition du CAP CLIMAT.

Pour atteindre l’objectif « Facteur 4 » (link) c’est-à-dire diviser par 4 nos émissions de GES (Gaz à Effet de Serre), la Région Nord-PdC (7% de la population nationale – 11% des émissions de CO2 en France) a lancé une vaste programme de réhabilitation énergétique et environnementale du parc de logements anciens (20% GES et 40% Energie).

De nombreux spécialistes sont intervenus. Ci-après, des informations recueillies lors de la journée.

SRCAE - Schéma Régional du Climat, de l’Air, et de l’Energie

Le site : link

Les grands objectifs régionaux dans l’accompagnement pour la migration énergétique :

-          Diminuer de 20% les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre).

-          Diminuer de 20% les consommations énergétiques.

-          Multiplier par 4 la production d’énergies renouvelables.

-          Améliorer la qualité de l’air.

-          S’adapter aux effets du changement climatique.

Ce qui est en jeu en région Nord-PdC :

-          Améliorer la sécurité : risques d’inondations.

-          Améliorer la santé publique.

-          Organiser la ville et les transports.

-          Préserver la biodiversité.

-          Développer les emplois verts.

-          Améliorer le niveau de vie : lutte contre la précarité énergétique.

-          Développer la qualité de vie.

Lutte contre l’artificialisation des sols : 500 ha/an soit 5.000.000m²/an :

-          Densifier la ville et urbaniser.

-          Maintenir les prairies et créer des bois et espaces arborés.

-          Diminuer de 15% les apports minéraux azotés ; et développer l’agriculture BIO.

-          Limiter la place de la voiture individuelle.

Développement des ENR (Energies Renouvelables) : 12% au lieu de 3%

-          Connecter 85.000 logements à des réseaux de chaleur.

-          Aider à l’équipement en chauffe-eau solaires.

-          Installer des panneaux photovoltaïques.

-          Développer les unités de méthanisation.

Pistes pour économiser l’énergie :

-          50.000 réhabilitations thermiques de logements/an.

-          Diminuer progressivement les modes de production de chaleur les plus polluants au profit des ENR.

-          Améliorer les process industriels.

-          Considérer les déchets comme une matière résiduelle valorisable ;  comme une ressource à préserver.

-          Généraliser les éco-matériaux.

Des Outils :

-          Entreprises

-          Collectivités : Plans Climat Territoriaux (PCET et PCT)

-          SCOT et PLUi (PLU intercommunaux) – Projets Eco-Quartiers – Plans de renouivellement urbains – Recyclage foncier des friches.

-          Normes règlementaires : Plan de Protection d e l’Atmosphère – Dispositif règlementaire du bilan des GES –

-          Fonds FRAMEC – Fonds Chaleur

CERDD – Centre Ressource Développement Durable

Michel PASCAL est  Commissaire du Gouvernement pour le Cerdd ; et Directeur de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement.

Le portail du Développement Durable et du Climat en Nord-PdC :  link

Les Premières Données de l’Observatoire Climat Nord PdC : link

Le portail des Bonnes Pratiques des Entreprises Régionales : link

Projet Trajectoires Développement Durable : link

Virage Energie 

Le site : link

Voir la synthèse des solutions au dérèglement climatique : link

ADEME

Le site : link

Etanchéité à l’air des bâtiments : link

La télé des générations futures : link

Philippe PELLETIER, avocat et Chargé par le Gouvernement du  « Plan Bâtiment 2012-2017 »

En fin de journée, Philippe PELLETIER indique que la migration énergétique pose plusieurs problèmes à résoudre.

Le frein culturel : Il s’agit d’œuvrer pour un changement des mentalités

-         Des propriétaires : L’inaction va coûter cher suite à la l’envolée du prix des énergies fossiles.

-         Des occupants qui devront changer des comportements en prenant conscience du coût du de l’énergie : Vivre  plus chichement en suivant, non un parcours de souffrance, mais de prise de conscience sans sentiment de vivre mal.

-         Des Entrepreneurs qui devront être formés aux nouvelles techniques ; et savoir travailler en groupe de manière transverse. Si c’est pour chauffer l’air extérieur, le chauffagiste doit savoir prescrire une isolation préalable à l’installation d’une chaudière économe.

La conduite au changement des ménages :

-         Les précaires doivent pouvoir être pris en main jusqu’au changement par les Collectivités locales

-         Sous des formes diverses (ex. Permanences – A domicile – Implication des acteurs locaux  …), les offres de services doivent proposer des bouquets de travaux ; avec un plan pour commencer à travailler dans l’ordre logique.

-         Ce qui marche doit être vulgarisé pour amplification du mouvement : Synergies interrégionales pour échanger sur les réussites et les bonnes pratiques.

La formation des Entreprises pour avoir l’efficacité requise :

-         Seules les entreprises qualifiées pourront effectuer les travaux aidés.

-         Les Entreprises qualifiées, après définition des travaux à réaliser, pourront signer le formulaire de conformité d’éco-prêt à la place de la Banque.

Le financement des travaux et les garanties :

-         Des financements existent avant d’imaginer d’autres pistes innovantes.

-         Aide envisagée sous forme de création de valeur en offrant plus de droit à construire : des m² supplémentaires en contrepartie d’une rénovation.

-         Savoir mieux mobiliser les aides européennes.

Le devoir d’exemplarité des Collectivités Publiques (Région, Département, Commune) :

-         Rénover le parc éducatif pour être sobre en consommation d’énergie ; avec implication du monde enseignant pour qu’il soit partie prenante.

-         Pour bénéficier automatiquement d’un effet de levier :

o   Comme pour le tri des déchets, les enfants pourront auto-éduquer les parents sur les changements de comportements.

NB : Le Plan Bâtiment : link

Pour aller plus loin :

Mon climat et moi : link

DRIAS - Les futurs du climat : link

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 19:06

Ordre du Jour : Tout a été voté à l'unanimité.

 

- Adoption du procès-verbal de la réunion du 23 octobre 2012.

 

- Compte-rendu des décisions prises en application de l'article 2122-21 du CGCT - Délégations au maire.

 

1-  Lancement d'une procédure d'appel d'offre adaptée pour la construction de la Salle Polyvalente, ses V.R.D, et espaces verts.

 

2- Tarifs 2013 des concessions de terrain, de columbarium et dépot d'urne au cimetière

 

3- Fixation des tarifs de location 2013 de la salle Jean Buchet au restaurant scolaire

 

4- Fixation des tarifs de location 2013 de la salle du CCA Centre Communal d'Animation

 

5- Organisation des Centres de Loisirs 2013 sans hébergement : Périodes de fonctionnement

 

6- Fixation des tarifs d'inscriptions au Centre de Loisirs 2013

 

7- Rapport annuel d'activités, et compte administratif 2011, du SIVOM  Pérenchies-Verlinghem

 

8- Contribution au financement des garanties de protection sociale complémentaire souscrites par les agents de la collectivité.  Participation en prévoyance dans le cadre d'une procédure de labellisation.

 

Questions diverses :

 

- Modernisation de la Mairie : Etude prévue courant 2013 avec le soutien du Conseil Général.

 

- Départ en retraite de la Directrice des Services Généraux fin Mars 2013.

 

- Avancement du projet de Salle Polyvalente :

  • Pas d'énergie renouvelable prévue (Géothermie / Chauffe-Eau solaire) suite aux frais d'études préliminaires à financer sans garantie de résultat positif. L'effort a été porté sur une isolation thermique et phonique supérieure par la pose d'une paroi supplémentaire.
  • Le besoin en eau chaude est limité. Un chauffe-eau solaire ne couvrirait qu'en moyenne 30% de l'énergie nécessaire; d'où obligation d'avoir une énergie d'appoint (Gaz). L'investissement d'un tel équipement (5 à 10 k€) ne serait rentabilisé qu'en 10 à 15 ans ?
  • Démarrage des travaux après finalisation de la vente du terrain à Maisonneuve.

- Lotissement Maisonneuve : Le permis de construire a été accordé en Août 2012. Les démarches administratives sont toujours en cours pour la vente du terrain.

 

- Maison de la rue de la Fontaine, mitoyenne au terrain acheté par la Mairie  pour assurer l'accès des Services de Secours à la Salle Polyvalente :

  • Démarche en cours par Notre Logis pour préempter 2 places destinées à offrir 2 logements d'urgence : Obligation légale de disposer d'une place pour 1000 habitants pour faire face à des sinistres tels qu'incendie ou inondation.
  • Le reste de la maison d'habitation est prévu pour un logement social.

- Distribution des Colis de Noël : Mercredi 19 Décembre matin.

- Goûter des Aînés : Mercredi 19 Décembre après-midi.

- Distribution des Coquilles aux Enfants des Ecoles : Vendredi 21 Décembre matin.

- Cérémonie des Voeux : Samedi 12 Janvier 2013.

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Conseil Municipal
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 15:12

Ci-dessous le compte-rendu du colloque interdisciplinaire sur la Santé, les Nouvelles Technologies et le Développement Durable du 30 novembre 2012.  

Ce colloque a été organisé par l’IDDR (Institut du Développement Durable et Responsable) et l’association « Développement Durable & Territoires » au Campus St Raphaël de l’Université Catholique de Lille.

La société est en effet de plus en plus préoccupée par les menaces dues aux dégradations de l’environnement ; et par leurs effets avérés et supposés sur la santé.

L'invitation : Journée Développement Durable - IDDR Lille, le 30/11/2012

La Santé Environnement = Un enjeu sociétal fort 

Régine BOUTRAIS, sociologue

Le cadre institutionnel français relatif à la sécurité sanitaire a été restructuré  en réaction aux crises sanitaires :

o   Suite à la crise du sang contaminé è AFSSAPS, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (aujourd’hui remplacée par l’ANSM = Agence Nationale de Sécurité du Médicament).

o   Suite à la crise de la vache folle è AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments.

o   Suite à la crise de l’amiante è AFFSE, Agence Française de Sécurité Sanitaire et Environnementale  è AFSSET, Française de Sécurité Sanitaire et du Travail.

Face à une recrudescence des pathologies environnementales (ex. Asthme, allergies, antibiorésistance, hypersensibilité, maladies neurodégénératives, …) de nombreux débats ont lieu sur les risques avérés chroniques (Tabac, Alimentation) ou suspectés émergents (ex. Perturbateurs Endocriniens), avec l’omniprésence des produits chimiques dispersés dans l’environnement.

Le cancer est la maladie emblématique de l’environnement

Les risques sanitaires sont diffus, et parfois invisibles :

o   La multiplicité des substances chimiques dans l’environnement : 1 million en 1930 - 400 millions aujourd’hui.

o   La diversité des vecteurs : air, sol (produits chimiques, métaux lourds, radon …), eau (résidus de médicaments, pesticides, Bisphénol A, alimentation.

o   De fortes incertitudes scientifiques suite aux difficultés d’évaluation des risques sanitaires : interaction et complexité des phénomènes en jeu ; accumulation de faibles doses au fil du temps : effet « cocktail chimique » ; multifactorialité des pathologies ; temps de latence entre l’exposition et l’apparition de la maladie.

o   Le manque d’étiquetage et de transparence des industriels.

L’évaluation des risques consiste à connaître précisément le lien de causalité ; les caractéristiques d’exposition ; les facteurs endogènes (génétiques, immunitaires, endocriniens, hormonaux, nutritionnels) et exogènes (rayonnements, agents chimiques, bactéries,  virus, traumatismes) ; les comportements et modes de vie.

Forte mobilisation associative autour des liens entre santé et environnement (Lanceurs d'Alertes) ; et pour un nouveau mode de développement plus respectueux de l'environnement : L’argument santé permet de rendre perceptible les pollutions diffuses et invisibles. C’est un levier sociétal fort pour mettre en avant la dégradation de l’environnement.

De nombreuses controverses existent sur les nouvelles technologies : Biotechnologies (OGM) – Nanomatériaux – Ondes électromagnétiques … .

Le secteur Santé et le Développement Durable 

Thérèse LEBRUN, économiste INSERM

L’hôpital est une grosse entreprise à part entière du secteur non marchand ;  souvent le 1er employeur de la ville ou de la région (200.000 professionnels pour la région Nord-PdC sans compter les Prestataires) ; gros consommateur de ressources naturelles (750 à 1000 litres d’eau/patient/an) et d’énergies (400 Kwh/m²/an) ; producteur de déchets et de nuisances. L’Hôpital est donc un acteur économique et social majeur.

L'Hôpital impacte les flux de circulation, de jour comme de nuit, avec des urgences : 300.000 patients/jour dans les hôpitaux français, sans compter les Fournisseurs et les Prestataires. 

Les inégalités sociales aggravent les problèmes de santé (plus de maladies chroniques : obésité – diabète – maladies cardiovasculaires - cancers) ; d’où des difficultés d’emploi, et aggravation des inégalités sociales. Les plus favorisés ont une espérance de vie plus longue. Une cohorte de 1991 a montré la prévalence entre la maladie d’Alzheimer et le niveau d’études : Sans éducation = 5,4% des cas - Etudes Primaires = 1,7% des cas – Etudes Secondaires = 0,4% des cas (La maladie peut exister mais capacité à compenser pendant 7 ans).

Les écarts d’accès aux soins se creusent : Par rapport à l’Assurance Maladie, le « reste à charge » des 10% les plus riches représente 0,7% du revenu (580€/an) ; par rapport à 1,6% (180€/an) pour les 10% les moins riches.

Des pistes d’actions concrètes existent pour :

o   Favoriser les synergies et les transferts de connaissances ;  en particulier sur les populations les plus vulnérables.

o   Développer les offres de formation et la culture en santé-environnement.

o   Développer la recherche en Santé Environnementale ; et sur la vulnérabilité sociale.

L’évolution de la Jurisprudence française sur les antennes-relais de téléphonie mobile

Mathieu MEERPOEL

Fin 2012, le débat scientifique sur l’innocuité des antennes relais est toujours ouvert.

-         La population reste anxieuse par rapport aux risques : Le déploiement de la 4G est en cours, alors que les impacts sanitaires de la 3G sont toujours méconnus.

-         Des conflits d’intérêts qui minimisent les risques suspectés.

Difficulté pour le Droit de trancher quand une partie fait valoir l’intérêt général.

-         Des Elus locaux appliquent le principe de précaution sans démantèlement.

-         Suivant la pression de l’Etat pour couvrir les territoires, les Opérateurs poursuivent le déploiement des réseaux.

-         Selon le règlement européen REACH, l’industriel doit prouver l’innocuité d’une molécule ou d’un produit sur la santé humaine avant sa mise sur le marché. Or, la démarche est inverse pour  le téléphone portable.

Le débat est loin d’être clos. Les associations réclament toujours le seuil de 0,6 V/m. Un  seul point positif en novembre 2012 = Une proposition de Loi est en cours de préparation pour limiter le voltage ; et règlementer le déploiement des antennes-relais.

NB : Cartographie des antennes téléphoniques :  http://www.cartoradio.fr.

Nanotechnologies et Santé 

Fernand DORIDOT, philosophe et ingénieur

Les domaines d’application des nanotechnologies sont nombreux : Energie/ Environnement – Nanomatériaux – Médecine – Informatique et Télécommunications – Militaire. Or, de grosses incertitudes demeurent sur la nocivité des particules et leurs externalités.

Les attentes du domaine Energie/Environnement sont nombreuses : Piles à combustible – Batteries performantes – Stockage de l’hydrogène – Epuration de l’eau – Dépollution des sols. Or, quel est l’impact des particules sur la santé.

Les attentes du domaine des nanomatériaux sont également nombreuses : Produits autonettoyants, antibactériens, anti-polluants… .  N’y a-t-il pas une fuite en avant technologique, avec des applications parfois futiles, avec des risques suspectés sur l’environnement et la santé,  au détriment de solutions plus simples : ex.  nano-argent ? Les risques des nanoparticules de silice dans l’alimentation ? A-t-on suffisamment évalué les risques des nanoparticules de Dioxyde de Titane utilisées en cosmétiques (Réactions mal connues en cosmétique avec des particules en-dessous d’une certaine taille – 20% de la crème solaire au Dioxyde de Titane passeraient dans la peau ;  et 80% dans la chaîne alimentaire).

Au niveau des applications médicales, les attentes portent sur les médicaments vectorisés, les implants cérébraux, les prothèses (ex. Audition), les instruments de diagnostic, les nano-robots dans le corps  … . Là aussi, de grosses incertitudes demeurent sur leur innocuité; sur la confidentialité et la protection des données ; sur le cadre des tests et des expériences. La finalité de la médecine n’est pas d’aboutir à soigner par la nanotechnologie des maux qu’elle aurait crées par usage de cette  technologie.

Au niveau des applications informatiques, le développement attendu concerne des puces RFID toujours plus petites pour introduction dans les produits.

Le Parlement Européen a estimé la législation en vigueur insuffisante pour couvrir les risques des nanomatériaux (étiquetage alimentaire – textiles) ; d’où de nouvelles révisions règlementaires (ex. Nouvelle loi pour les cosmétiques en 2013).

L’accélération industrielle, et les contraintes économiques, font prédominer les visions et décisions court-terme. L’objectif du Grenelle Energie pour 2020 pour satisfaire le taux de 23% d’énergies renouvelables a été défini avec usage des nanotechnologies. Or, nous sommes incapables de faire un bilan actuellement. Il en est de même pour les objectifs de croissance économique.

Nucléaire et Santé

Michel FERNEX, médecin

Toutes les centrales sont à haut risque nucléaire ; avec de graves dommages potentiels sur la santé humaines :

-         La Suède a montré qu’après le choc nucléaire de Tchernobyl (Avril 1986), les pluies faisaient aussi  des dégâts : Dommages cérébraux des fœtus entraînant des retards intellectuels, et des difficultés d’adaptation au niveau scolaire ; et également une augmentation de la sensibilité aux rayonnements ionisants.

-         D’autres études ont montré qu’une partie de la population contaminée pouvait développer une résistance aux rayonnements ; mais aussi, que suite à une instabilité génomique, les descendants d’irradiés pouvaient être plus vulnérables que leurs parents. Ce phénomène a été observé lors d’une étude faite dans une université japonaise, après Fukushima, sur des papillons bleus (4 générations suivies en 1 an) : 12% de papillons atteints dans la 1ère génération, 20% dans la 2ème, 30% dans la 3ème, +50% dans la 4ème de papillons anormaux.

Les altérations génétiques, notamment sur les descendants, ont de quoi nous faire frémir : Que se passera t-il dans 25 ans en Ukraine où 85% des enfants sont aujourd’hui malades ?

Des travaux récents envoient cependant un vent d’optimisme :

-         Des antioxydants (Vitamines A et C) arrivent à effacer des altérations héréditaires et persistantes ; même sur des personnes irradiées par Tchernobyl. Tout semble être une question de dosage, car la supplémentation vitaminique semble au contraire augmenter l’incidence des cancers.

-         Des extraits de feuilles de GINKGO Biloba auraient également une activité anti-oxydante bénéfique pour lutter contre les cancers.

-         A 200 km de Thernobyl, 73% des descendants d’œufs de carpes sont des monstres. Mais la Diludine, employée en médecine vétérinaire à 400 km de Thernobyl,  permet d’avoir des poissons totalement normaux après fécondation. Cette molécule anti-oxydante, plus simple que l’aspirine, dotée d’une très grande stabilité, moins chère et peu toxique, est utilisable en eau de mer. Son développement pour l’espèce humaine apparaît prometteur.

Perturbateurs Endocriniens et Santé

Philippe RICHARD, médecin

Les perturbateurs endocriniens (ex. PCB) sont des analogues d’hormones ; c’est-à-dire des substances chimiques étrangères à l’organisme ; capables d’agir comme une hormone, avec des effets délétères sur les organes et nos descendants (Malformations congénitales – Baisse de fertilité – Troubles comportementaux (Hyperactivité, Agressivité) – Troubles sexuels : ex. Bulots avec 2 sexes).

Les modes de contamination sont multiples : Ingestion (Aliments – Boissons – Lait maternel) – Inhalation – Peau – Transplacentaire.

Avec l’ancien paradigme basé sur la formule « C’est la dose qui le poison », la DJA (Dose Journalière Admissible) de BPA (Bisphénol-A)  est de 50 microgrammes /kg/jour ; alors que des preuves d’activité existent avec de faibles doses absorbées chroniquement (dés 1 à 2,5 mg/kg/jour).

Toute la chaîne alimentaire est contaminée : Les eaux usées de papeterie, même à faibles doses en sortie d’incinérateur, contaminent les petits poissons qui sont mangés par les plus grands ; d’où concentration des doses en bout de chaîne.

Le nouveau paradigme indique que des petites doses chroniques peuvent être plus toxiques que les grosses; surtout avec l’effet cocktail des mélanges de substances (ex. Amiante + Tabac).

Quelques perturbateurs endocriniens  toxiques pour l’Homme et l’Environnement :

-          Les plastiques alimentaires : BPA – Phtalates

o   Le BPA est présent dans les plastiques (7, 6, 3), les canettes de boisson, les boîtes de conserves alimentaires, les bouilloires électriques, les films alimentaires, les ciments dentaires, les tickets de caisse, les fontaines à eau … .

o   Les Phtalates se retrouvent dans les bouteilles plastiques, les jouets, le matériel médical … .

-          Les Pesticides : qui touchent surtout les agriculteurs et les jardiniers.

-          Les Mycotoxines (produites par des champignons, ou des moisissures) sont des perturbateurs endocriniens naturels provoquant des cancers du sein, des testicules, de la prostate.

-          Les composés perfluorés (PFOA et PFOS) présents dans les cosmétiques, les ustensiles de cuisine, les textiles imperméables, les emballages, les peintures, les moquettes … .

-          Les métaux lourds (plomb, cadmium)

-          Les Parabens (conservateurs dans les produits cosmétiques et pharmaceutiques).

-          La Dioxine

-          Le Chlordecone (bananeraies).

Les pouvoirs pour rester optimiste

-          Les mécanismes de micro-défenses de l’organisme : Le système immunitaire.

-          Le pouvoir Politique : Evolution de la Législation. Encore faut-il que la Loi soit appliquée !

-          Le pouvoir Industriel : Souvent de connivence avec les Politiques ; ou influence et pression sur ces derniers (Lobbies).

-          Le pouvoir Scientifique : Attention aux experts égarés, achetés par l’Industrie.

-          Le pouvoir des ONG : Poil à gratter des Politiques.

-          Le pouvoir des consommateurs : Voter avec son caddy – Manger le plus possible BIO mais sans plastique – Changer ses habitudes de consommation (Remplacer la Poêle inox par une poêle en fonte ou  en céramique) – Ne pas chauffer les plastiques, ni les passer au micro-ondes – Remplacer les vieux récipients détergés en plastique … .

-          Le pouvoir (et Devoir) du Prescripteur.

-          REACH fera évoluer la législation européenne.

Le meilleur des traitements :

-          La prévention primaire pour éviter d’être malade :

o   Eviter les risques. Utiliser des cosmétiques sans Paraben ; des déodorants sans Sels d’aluminium … .

o   Changer graduellement ses habitudes car c’est difficile. Commencer par le plus facile : Un cabbat pour faire les courses – Eviter de grignoter …. .

o   Appliquer le principe de prévention sur les risques avérés.

o   Appliquer le principe de précaution (antérieur au risque de prévention) sur les risques suspectés.

-          Eviter de donner des Parabens à ses patients au travers des médicaments (ex. Hydroxybenzoate de sodium dans des sirops). Le Prescripteur doit jouer son rôle dans la prévention :

o   Former les docteurs en Santé-Environnement.

o   Prendre le temps pour s’intéresser, se former, et avancer.

o   Aider les docteurs en intégrant la prévention en amont : Des médicaments sans Paraben (400 médicaments avec des Parabens) ; des sirops sans Aspartame (600 sirops avec de l’Aspartame) ; des pansements gastriques sans Sels d’aluminium (2 seulement sans Sels d’aluminium) ; des dentiers sans perturbateurs endocriniens (1 seul existant).

Le principe de précaution sur les risques suspectés n’est en général pas appliqué :

-          Le citoyen est souvent mis devant une situation accomplie.

-          Le consommateur est placé devant ses responsabilités : A lui de choisir ce qui est bon pour lui.

-          Les recherches menées par les ONG devraient être faites par les Autorités.

NB : Pour compléter, une liste de sites :

Plan Régional Santé Environnement 2 : link

- Cancers et environnement : link    link

- Perturbateurs endocriniens dans les produits courants : link

- Exposition de la Population français aux polluants envitonnementaux : link

- Etiquetage pour un air intérieur plus sain : link

- Changement climatique, Biodiversité et Santé : link

- Consoglobe : link

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 16:43

Ci-après une synthèse des débats lors du colloque national de la forêt au Conseil Régional : Lille le 23/11/2012.

 

Courant le Festival de l’arbre (du 19 au 25 novembre 2012), un colloque national sur la forêt a eu lieu à Lille, au Conseil Régional Nord-Pas de Calais, le 23 novembre 2012.  

Introduite par Daniel PERCHERON, et animée par Vincent TARDIEU (journaliste scientifique), la journée vit se succéder de nombreux intervenants (Scientifiques, Professionnels, Elus) sur le thème « La forêt, des enjeux vitaux entre science et décision ».

L’objectif était triple :

-          Débattre des enjeux environnementaux, économiques et sociaux de la forêt.

-          Faire le point des problématiques actuelles.

-          Discuter des modes de gouvernance pour renaturer et reboiser.

L’état des lieux national

-         Un peuplement feuillu à 63% (Résineux 37%); inadapté aux besoins des industriels.

-         Des plantations annuelles faibles : 44 millions de plants/an en France par rapport à 300 millions en Allemagne. 15.000 ha plantés en 2007 (70.000 ha en 1960).

-         Les produits bois = 2ème poste de déficit de la balance commerciale française : -6,4 milliards d’€ en 2010.

-         La forêt est toujours le parent pauvre de l’agriculture: 290 millions d’€ pour le budget national forêt par rapport aux 5 milliards au budget agricole.

-          440.000 emplois en France.

-         Une demande sociétale de nature grandissante ; dans un monde qui évolue beaucoup plus vite que la forêt avec tous les risques engendrés.

L’état des lieux régional

-         Pas suffisamment de milieux naturels : 13% par rapport à 72% de surface agricole.

-         Un taux de boisement faible = 7% (28% en moyenne nationale) : La région Nord-Pas de Calais est la moins boisée de France (92.000 ha soit 0,6% du territoire national)  - Par contre, la région la plus importante de France en surfaces agricoles : 70% (et 300 millions d’€ de droits versés /an aux agriculteurs).

-         Un patrimoine forestier morcelé et contrasté entre l’Est et l’Ouest ; et un manque de continuité pour le déplacement des espèces faunistiques et floristiques.

-         Fragmentation récente du couvert boisé qui n’a pas encore produit tous ses effets (dette d’extinction). Plus un massif est important et ancien (millions d’années), plus il est résilient.

-         Une balance commerciale déséquilibrée avec une demande en bois résineux supérieure à l’offre : 93% de peuplements en feuillus (dont 32% Chênes, 14% Hêtres, 10% Feuillus Précum,  10% Peupliers, …) et  7 % en résineux (Epicéas, Sapins).

-         Filière Bois = 28.000 emplois dans la région.

-         Région moins préoccupée, car moins exposée, par le changement climatique.

-         Un Plan Forêt Régional ambitieux, voté en Mai 2009, pour doubler la surface boisée forestière en 30 ans ; qui complète :

o   La Trame Verte et Bleue : pour développer la biodiversité et les corridors biologiques ;

o   Le Plan Climat pour diminuer les GES (Gaz à Effet de Serre): link

-         L’ambition de la région Nord-Pas de Calais (6% de la population française sur 2% du territoire) est, avec le nouveau LOUVRE de LENS,  de changer l’image de la région en accélérant  le reboisement. Transformer l’archipel noir des cités minières en un archipel vert concourt à développer l’attractivité du Nord-Pas de Calais.

Multifonctionnalité de la forêt qui n’est pas « un champ d’arbres »

Au niveau de la qualité de vie,  et de la santé de la population, la forêt assure de nombreux services éco-systémiques gratuits :

-         Contribution au cadre de vie : Esthétique des paysages.

-         Rôle social et de loisirs : Terrain de jeux – Espace détente – Chasse – Sports.

-         Protection de la biodiversité : Abri - Refuge – 1/3 des oiseaux nicheurs sont en forêt - Protection de l’eau : Rétention - Régulation – Filtrage – Dépollution. Importance des milieux humides.

-         Protection des sols : Lutte contre l’érosion – Apport d’humus et de biomasse - Importance des bois morts, des lisières.

-         Protection de l’air : Filtre à poussières et à polluants (2 mg/litre en forêt par rapport à  126 mg/litre sur le maïs fourrager.

-         Protection contre le réchauffement climatique : Séquestration du Carbone lors de la photosynthèse (L’arbre = une pompe à Carbone) – Microclimat (climatisation par l’ombre et l’humidité). A noter des indicateurs du changement climatique : Dorénavant, en moyenne, 30 jours secs au lieu de 20 ; et 2 jours de gel au lieu de 8 auparavant.

-         Un  réservoir de biodiversité et de génétique : Variété des espèces animales et végétales.  Plus l’arbre vieillit (moins de capacité de résistance et de récupération), plus il évolue génétiquement.

Au niveau économique, le bois est une ressource naturelle, polyvalente, renouvelable, peu polluante, peu énergivore, qui fournit :

-         Du bois-énergie : Chauffage. La combustion du bois n’augmente pas le Carbone de surface ; à l’inverse du gaz qui augmente le Carbone dans l’atmosphère (avec, en plus, des fumées et des particules nocives).

-         Du bois matériaux : bois de fente (objets en bois – Tonneaux - Poteaux – Lattes …) – Bois d’œuvre (Charpente – Menuiserie – Caisserie - Ameublement).

-         Du bois d’industrie : Fibres pour pâte à papier – Panneaux.

-         La biomasse forestière.

-         Des plantes et des molécules pour l’alimentation, la chimie, la médecine, la pharmacie, la cosmétique.

-         Des services agro-écologiques : Agroforesterie – Fertilité du sol par l’apport d’azote - Filtre à nitrates par le fil racinaire sous les racines des cultures – Protection des cours d’eau.

Nb : Sur 100 m3 de bois scié, les déchets de coupe représentent environ 50% ; et les volumes des principaux produits extraits seulement 1/3 :  Charpentes 9 m3 (40 ans en durée de vie moyenne) – Parements extérieurs 3 m3 (20 ans en durée de vie moyenne)  – Parements intérieurs 15 m3 (15 ans en durée de vie moyenne)  – autres usages 10 m3 (5 ans en durée de vie moyenne).

Bien qu’encore méconnus, les écosystèmes forestiers jouent  un rôle irremplaçable par les services rendus gratuitement. Et, mise à part la valeur économique du bois, les autres valeurs (écologique, sociale, culturelle) sont difficiles à chiffrer.

Même si tous les services ne sont pas monétarisables (non marchands), reconnaître des valeurs est un levier pour sensibiliser et augmenter l’intérêt  du public pour la protection de la nature et ses processus biologiques ; et pour concilier les services et les usages.  

L’enjeu forestier

Pour une gestion territoriale ; pour répondre à la demande sociétale (qualité et cadre de vie – santé) ; pour limiter les risques face aux aléas sanitaires et aux incertitudes (climatiques, économiques), et face aux risques accrus d’artificialisation, l’enjeu forestier consiste à :

-         Associer tous les acteurs dans le développement forestier : Elus, Agriculteurs, Professionnels.  Importance des sciences sociales pour aider à arbitrer.

-         Ne pas opposer les politiques agricole et forestière : Un territoire = Bois + Cultures + Habitants.

-         Planter et produire plus pour répondre aux besoins ; mais en trouvant un bon équilibre entre la production de bois, la protection de la biodiversité, et l’accueil du public.

-         Renforcer et pérenniser la filière bois : 347.000m3 de bois /an ;

-         Valoriser l’ensemble des sous-produits et services forestiers ;

-         Produire en protégeant mieux la biodiversité (pas de surexploitation au détriment de la vie : 25% des espèces forestières dépendent des bois morts ; dont beaucoup sont sensibles aux perturbations, et sont à dispersion faible.  Les rémanents (branches de diamètre inférieur à 7 cm) sont une source de nutriments ; et concourent à la fertilité de sols) :

o   Développer une « forêt mosaïque » avec des petites parcelles (3 à 5 ha), des essences diversifiées (évitent les coupes rases) ; des peuplements pas trop hauts (< 30 m), ni trop vieux (des révolutions plus courtes moins sujettes à un aléa), ni trop denses.

o   Développer les corridors écologiques et boisements de protection (du sol, de l’eau, de l’air) diversifiés (arbres + arbustes pour éviter les coupes rases) ; mais sans sacrifier les milieux ouverts (ex. landes & pelouses).

o   Exploiter la forêt sans la brusquer, sans entrer dans un système trop industriel. Eviter d’exploiter les vieux arbres couverts de nombreux champignons.

o   Développer le suivi de la biodiversité forestière : Construire des indicateurs directs de gestion durable – Mieux comprendre les processus écologiques.

o   Contextualiser  les actes de gestion de la forêt en fonction de son ancienneté, du type de station (surface, isolement, lisières), de l’environnement : Pratiquer la meilleure sylviculture possible à l’échelle du peuplement.

o   Encourager l’agroforesterie (1/3 des agriculteurs seraient intéressés – 1/3 indécis – 1/3 non intéressés : www.agroof.net) pour réconcilier l’agriculteur avec l’arbre ; et répondre aux aspirations agricoles et forestières. Revoir les aides pour favoriser la mutation ; et favoriser l’installation des jeunes agriculteurs.

Nb : Vidéo de présentation de l'agroforesterie : link

o   La science permet de réduire l’incertitude ; mais pas de l’éviter.

o   Les gouvernances doivent être plus intégratrices, au plus près des Elus locaux, pour ne rien négliger des apports multifonctionnels de la forêt ; ni des efforts à consentir pour réussir le Plan Forêt régional.

Pour Emmanuel CAU (vice-président du Conseil Régional en charge de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement), le Plan Forêt régional ne correspond pas à un modèle, mais à un choix de société qui passe par :

-          Un développement forestier équilibré ;

-          La récupération de la qualité de l’eau ;

-          L’amélioration de la santé.

Ce n’est pas une histoire d’ambition, mais une nécessité : « On a vidé le coffre ».  

NB : Pour aller plus loin - Mémento - Filière Bois 2012 : link

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 18:15

Le dimanche 25 novembre à l’église Saint-Chrysole, la chorale paroissiale a donné son audition annuelle en l’honneur de sa patronne Sainte-Cécile. Animée par Jean-Luc Delepoulle et Jacques Dewulf, avec Bertand Herman à l’orgue, la chorale a interprété plusieurs chants polyphoniques à 4 voix.

Chanterelle-Chorale2012

Après le vin d’honneur servi à la Mairie pour l’inauguration du nouveau vitrail de l’église Saint-Chrysole (béni par Mgr Gérard Coliche, évêque auxiliaire de Lille; aidé de l'abbé Lemahieu et de Jean-Michel Lecerf; et en présence de l'abbé Gérard Frappé), les Choristes se sont rassemblés à La Chanterelle pour leur traditionnel banquet.

Vitrail-Inauguration_004.jpg

Le nouveau vitrail (réalisé par Luc-Benoît Brouard, maître-verrier) symbolise la croix de l'église et un glaive qui fait jaillir la fontaine; avec des couleurs : le jaune pour la lumière - le bleu pour l'eau de source - le vert pour représenter Verlinghem. Dans le pommeau rouge du glaive est symbolisée, en blanc, la calotte crânienne de Saint-Chrysole. 

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Evènements
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 19:01

Tout savoir sur la semaine de sensibilisation contre les cancers : du 22 au 29 novembre 2012

 link

Sem-Sensibilisation-Cancers.jpg

 

Les articles précédentes pour la PREVENTION des cancers :

Consommer autrement pour préserver la santé

Prévention des cancers et des rechutes par l'UNESCO

Prévenir et Réagir face au cancer

La prévention du cancer par l'association FMRC

 

nb : Cancer et Alimentation http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-ch-t-cancer-et-alimentation-4055.asp

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Santé Forme
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 17:20

1-    Lancement du WFL par Philippe VASSEUR

L'invitation : La 3ème révolution industrielle par Jeremy RIFKIN

Philippe Vasseur (Ph-V) introduit le Forum en indiquant :

-      Que le WFL a été lancé avant la crise puisqu’il s’agit maintenant de la 6ème édition ; et que des actions ont déjà été lancées.

-      Que certains utopistes pensaient qu’en 2008-2009 la crise était finie : illustration par  dessin humoristique « La crise financière est finie. Quand je pense que j’ai failli me remettre en question ! ».

-      Que si on continue, on va dans le gouffre (et non dans le mur) : Déclaration de Klaus SWAB à DAVOS 2012 « Le capitalisme, sous sa forme actuelle, n’a plus sa place dans le monde qui nous entoure ».

Avec le modèle actuel, basé sur les énergies fossiles, nous n’avons pas la capacité à faire face à ce qui nous attend : 9 milliards d’habitants prévus en 2050 (dont plus d’1 milliard en Afrique) ; et multiplication par 3 ou 4 du PIB mondial (dépassement des USA par la Chine et l’Inde). C’est donc un impératif économique pour évoluer ; sans parler de la réduction des GES (Gaz à Effet de Serre) et de la protection de la nature.

La crise n’est pas un obstacle à la Responsabilité. Au contraire, la Responsabilité est la réponse à la crise. « Une transformation mondiale doit avoir lieu d’urgence ; et cela doit commencer en rétablissant le sens global des responsabilités sociales » - Klaus SWAB.

La Responsabilité est la clé d’un nouveau modèle économique, qui doit être aussi facteur de Rentabilité. Rentabilité et Responsabilité (R²) vont de pair pour des entreprises rentables, capables de relever les défis qui sont devant nous.

L’objectif du WFL, et de la mission lancée par la Région et le Conseil Régional, est :

-      De rechercher les bonnes pratiques mondiales ; et de démontrer qu’une nouvelle voie, basée davantage sur la Responsabilité, est possible : La preuve par l’exemple.

-      De tester dans notre région Nord Pas-de-Calais (Pionnière en France), la voie proposée par Jeremy RIFKIN. Le Faire étant plus important que le Dire, nous voulons être ici les pionniers d’un nouveau modèle économique plus responsable, pour donner un nouvel horizon à notre territoire.

-      De développer par contagion, sur d’autres territoires, les exemples qui réussissent.

 

La globalisation d’un nouveau modèle économique, plus responsable, est indispensable. Aussi faut-il rassembler tous les acteurs, et les réseaux, pour travailler au bien-être commun sans perdre nos racines. A noter la présence au WFL d’une importante délégation chinoise.

Présentation de Jeremy RIFKIN par Claude LENGLET

Dés 2007 à DENVER,  Jeremy RIFKIN a démontré l’urgence et l’opportunité d’une 3ème révolution industrielle, pour faire face au triple défi de l’énergie, du changement climatique (réduction des GES Gaz à Effet de Serre), et du Développement Durable.

En particulier :

-      Nous pouvons, et devons, modifier nos comportements par une nouvelle économie post-carbone. Il n’y a pas de plan B.

-      L’Europe a un grand potentiel ; et doit être la locomotive.

-      Par une mise en œuvre rapide d’une nouvelle ère énergétique (fenêtre de 10 ans maximum), nous avons espoir d’opérer des changements adaptés pour l’avenir de la planète.

 

Nb : Pendant la conférence, l’assistance pouvait poser des questions écrites en Français ou en Anglais : par Carton, SMS ou TWITTER.

En 3 mn, un aperçu vidéo de la conférence : link

www.reseau-alliances.org                                                            www.worldforum-lille.org

2-    Jeremy RIFKIN - La 3ème Révolution Industrielle 

21- Aucune garantie de survie pour l’espèce humaine ; et risque d’extinction massive pour 70% de toute vie fin du 21ème siècle.

Nous sommes au cœur d’une crise écologique profonde, en gestation depuis 2 siècles ; qui débouche sur une crise humaine et un risque d’extinction pour l’espèce humaine. Nous sommes en survie. Les crises, financières puis économiques, ne sont que secondaires par rapport aux risques de  catastrophes écologiques.

-      Nous consommons plus que la nature est capable de régénérer par photosynthèse.

-      Notre économie est basée sur des énergies fossiles qui s’épuisent ; et,  coûtant de plus en plus cher, qui posent de plus en plus fréquemment de problèmes alimentaires et de pouvoir  d’achat aux populations. La flambée des prix du pétrole entraîne une hausse des prix des produits de consommation ; ce qui n’est pas durable :

o   Depuis plusieurs années, en fonction de l’activité du moteur économique, nous assistons à un cycle de croissance/décroissance du prix du baril de pétrole : 21$ en 2001 - 80$ en 1987 – 120$ en 2008 – record à 147$ en juillet 2008 (demande insoutenable  avec le développement des pays émergents, d’où augmentation des prix et effondrement économique). Or, le prix limite est à 124-125$ le baril.

o   Le pic de production de pétrole brut a été atteint en 2006 : 7 millions de barils par jour

o   Même s’il y a des réserves de gaz et de charbon, leur extraction coûte cher. Et ce sont toujours des énergies carbonées qui coûtent cher dont il faut se défaire.

-      En décembre 2009 (Sommet de Copenhague), échec total de la réunion des 194 chefs d’états pour réagir face au réchauffement climatique. Mais nous ne pouvons pas échapper aux lois de la thermodynamique terrestre. Nous produisons plus de GES (Gaz à Effet de Serre – CH4 – NO2 …) que la nature puisse absorber ; d’où une augmentation de la température : courant ce 21ème siècle, +3°C au minimum prévu (= Température de la planète il y a 3 millions d’années) – mais jusqu’à +7°C selon une étude scientifique qui, dans ce cas, serait la fin de la civilisation actuelle.

-      Nous ne pouvons échapper au cycle de l’eau sur lequel sont basés nos écosystèmes. Or, ce cycle est également perturbé par l’augmentation de la température.

22- Nécessité de changer de paradigme  économique (modèle de référence)

La civilisation du carbone a dépassé la limite du point de réparation. Il faut donc renverser la vapeur en proposant une nouvelle vision pour le monde.

Les 2 révolutions industrielles précédentes ont eu lieu lorsqu’il y a eu des changements énergétiques et, en même temps, dans les médias ou techniques de communication :

-      1ère révolution industrielle au XIXème lors de l’apparition du charbon (machine à vapeur) et de l’imprimerie. Il a fallu revoir le système éducatif pour maîtriser les nouvelles techniques, et disposer des compétences.

-      2ème révolution au XXème siècle lors de l’arrivée du pétrole et de l’électricité (ordinateur, téléphone, radio, télé, …). Basées sur le pétrole, les technologies actuelles sont vieillissantes et mourantes ; entraînant le déclin de la civilisation actuelle.

De l’observation des révolutions précédentes, nous pouvons prévoir l’aube de la 3ème révolution industrielle, issue de la convergence des énergies renouvelables et des technologies et communications Internet. Ce qui entraînera de profondes mutations et des bouleversements économiques (passage de la mondialisation à la continentalisation), hiérarchiques, sociaux (emplois - mentalités), géopolitiques :

-      1/3 de la population mondiale est déjà connectée 24h/24 (ce qui a été fait en 20 ans).

-      Le déploiement des systèmes nomades est rapide : grâce aux nouvelles inventions comme celles de Steve JOBS.

-      Les informations s’échangent de manière collaborative (réseaux sociaux).

-      Les outils de communication Internet commencent à fusionner avec les techniques de distribution énergétique.

-      En de nombreux domaines, nous passons d’un système pyramidal centralisé à un système distribué (comme le passage des gros ordinateurs centraux aux PC); d’où le développement d’un pouvoir latéral.

-      et des modèles économiques différents.

Finalement le défi est triple puisqu’il faut résoudre la crise énergétique, le changement climatique, et le développement durable.

23- La méthode – Les 5 piliers de la révolution industrielle

Pour passer à la nouvelle ère engendrée par la 3ème révolution industrielle, il y a 5 principes ou piliers à respecter :

Pilier 1 = Exploiter les énergies renouvelables :

-      Le charbon, le gaz, l’uranium, ne peuvent pas être produits dans son jardin ; et leurs systèmes de distribution élitistes et centralisés sont mourants (diminution des réserves - risques de guerre).

-      Le soleil, le vent, la géothermie, les déchets sont des ressources locales gratuites.

-      Al Gore prône l’exploitation massive des énergies renouvelables pour lutter contre le réchauffement climatique.

-      L’Union Européenne s’est engagée à développer les énergies renouvelables. L’Allemagne en est déjà à 20% d’énergie verte. La France a tout intérêt à suivre l’Allemagne pour entraîner toute l’Europe dans la 3ème révolution industrielle.

Pilier 2 = Produire sur place sa propre énergie :

-      Chaque bâtiment doit devenir une microcentrale électrique, en produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme (ex. Nouvelles Constructions Bouygues).

-      Les coûts vont diminuer : panneaux solaires – éoliennes.

-      L’Allemagne a déjà rénové 1 millions de bâtiments.

-      L’énergie sera gratuite à terme, comme le téléphone aujourd’hui.

Pilier 3 = Stocker l’énergie renouvelable produite excédentaire :

-      Les énergies renouvelables sont en général intermittentes (soleil, vent). Aussi, pour un usage ultérieur, faut-il pouvoir stocker l’énergie dans des réserves d’eau (hydrogène), des batteries ou des condensateurs.

Pilier 4 = Comme pour l’Internet de Communication, créer un réseau Internet d’Energie :

-      L’énergie verte produite localement doit pouvoir être transportée par logiciels, et grâce aux outils WEB, à d’autres utilisateurs, proches ou lointains (ex. en Irlande).

Pilier 5 = Créer une infrastructure nodale pour des échanges électriques continentaux :

-      Pour passer d’une énergie divisée à une énergie distribuée entre continents : passage de la mondialisation à la continentalisation.

-      Installer des prises électriques de recharge partout pour acheter ou vendre de l’énergie.

-      Installer des nœuds d’énergie comme pour le WIFI.

-      L’économie de l’Internet ne connait pas les frontières.

 

Ce nouveau modèle, qui peut être lancé dés demain,  va profondément changer les choses à tous les niveaux : économique (capitalisme « distribué »), sociétal, politique.

-      Création d’emplois pour innover, créer les nouveaux outils et infrastructures.

-      Baisse des coûts de construction des nouvelles infrastructures sur les bâtiments.

-     Révolution au niveau Marketing : ex. Société ETSY (création sur Internet de boutiques marchandes – 1000 producteurs de meubles y font appel pour un coût nul pour les entreprises) : link

-      Chacun produit, si possible, l’énergie verte dont il a besoin (Démocratisation de l’énergie). L’excédent est redistribué.

-      De nouveaux partenariats entre petites, moyennes et grandes entreprises.

-      Nouveau Business Model pour les entreprises à trouver, suite à la réduction des coûts d’énergie et de Marketing.

-      Disparition et création d’entreprises.

-      La région Nord Pas-de-Calais doit se pencher sur ses coûts, en particulier de main-d’œuvre.

-      Si les 2 premières révolutions industrielles étaient verticales, la 3ème sera horizontale comme le WIFI.

La Chine, les Etats-Unis, la France, ne doivent pas rester dans l’ère de la 2ème révolution industrielle. C’est vital. Mais attention, l’austérité européenne ne suffit pas pour passer à la 3ème révolution industrielle :

-      L’Union Européenne a une poule aux œufs d’or avec ses 500 millions de consommateurs. Elle doit développer les infrastructures d’échanges ; et s’engager au plus tôt pour faire une rupture par rapport aux énergies fossiles.

-      Elle ne doit pas mettre en péril le rêve européen ; ni mettre à mal sa signature.

-      Elle ne doit pas freiner le Développement Durable. Au contraire, elle doit aller de l’avant pour produire en exploitant mieux, et durablement, les ressources naturelles ; et en recyclant au maximum.

-      La France doit aussi mieux exploiter les fonds structurels européens en étant plus réfléchie sur ses choix d’investissements.

Tout commence ici dés demain matin, et dans d’autres régions clés :

-      L’Union Européenne est le continent le plus important qui doit être la locomotive du nouveau modèle.

-      Les 5 piliers proposés doivent être au centre des débats.

-      Nous avons mis 20 ans pour arriver à proposer ce modèle qui est une question de bon sens. C’était évident pourtant, mais nous n’y avons pas pensé avant.

-      Nous pouvons faire bouger les choses dans cette région qui a tout en main, en lançant le processus de la 3ème révolution industrielle.

Nous devons changer nos mentalités en une seule génération car le défi à relever est énorme :

-      L’espèce humaine ne peut-être dissociée de la biosphère dont elle fait partie intégrante.

-      Nous devons ouvrir nos esprits pour construire le chemin vers une nouvelle civilisation.

-      L’être humain est programmé neurologiquement pour avoir de l’empathie : la main invisible qui permet de nous interconnecter. L’homme n’est naturellement pas un prédateur qui cherche absolument le plaisir au détriment des autres. Nous sommes tous interdépendants ; et faisons tous partie de la même famille.

-      Nous pouvons avoir beaucoup d’espoirs car les Jeunes sont sensibles à l’empreinte écologique et aux économies. Ils sont déjà dans la biosphère avec les réseaux sociaux comme Facebook.

Ne laissons pas l’apocalypse s’abattre sur nous.

« Il faut se redonner un avenir ; et tirer notre économie par le Haut pour un meilleur futur » (de Thierry BRETON  à Public Sénat / Bibliothèque Médicis du 25 mai 2012).

3-    Réactions et Questions à Jeremy RIFKIN (JR)

Les réactions le Philippe VASSEUR (PH-V) -  Daniel PERCHERON (DP), Président du Conseil Régional Nord Pas-de-Calais -  Philippe PELLETIER, Président du Plan Bâtiment

PH-V – Nous acceptons le choc de la prophétie ; et nous avons décidé de commencer ici le processus de mutation. Dans le passé, cette région a fait la France industrielle.

DP – La classe ouvrière est chargée d’empathie. Ce qui nous rapproche et qui nous différencie des USA, c’est l’Etat Providence : nous vivons à crédit des ressources de la puissance publique. Nous avons à maîtriser la dette. La révolution industrielle nous a apporté l’industrie automobile, le nucléaire, le tunnel sous la Manche … . La Chine a conquis en Europe, et en 6 ans, 80% du marché solaire. Aussi avons-nous besoin d’une discipline mondiale. Nous avons besoin d’être rassurés sur l’évolution du monde. Cette région Nord Pas-de-Calais de 4 millions d’habitants s’équipe en fibre optique ; et c’est aussi le berceau de la voiture électrique. Il n’y a pas de hasard. Nous allons progresser avec Vous. Mes visites au TEXAS (Corpus Christy) montrent que les USA évoluent. Vive la 3ème révolution industrielle.

Y-a-t-il une autre façon de nourrir le monde ?

JR – L’agriculture est en difficulté actuellement (Engrais – Pesticides – OGM – Dégâts environnementaux). Elle est minée par la concentration ; et soutenue par les industries de la chimie et de la génétique.

Après une 1ère révolution avec la mécanisation de l’agriculture ; puis une seconde avec l’agrochimie ; il y a lieu de revenir à une agriculture locale ; et à une alimentation de type méditerranéen :

-      Au XIXème, les animaux étaient nourris à l’herbe, et non aux grains comme aujourd’hui.

-      2/3 des terres agricoles, et 1/3 des céréales produites, servent à nourrir les animaux. Ce qui n’est pas durable pour nourrir le monde ; d’autant plus que nous ne sommes pas des carnivores mais des omnivores.

nb : Pour approfondir, voir la conférence :

 Marc DUFUMIER : L'agriculture bio peut-elle nourrir la planète ?

Faut-il exploiter les gaz de schiste ?

JR – La fracturation hydraulique coûte cher en eau. Nous consommons trop d’eau douce (50% de la consommation d’eau fraîche pour refroidir les réacteurs nucléaires). De plus, le gaz de schiste produit toujours du CO2 ; et c’est aussi toujours s’enfermer dans l’économie du 20ème siècle.

Quelles priorités donner aux entreprises du Nord Pas-de-Calais pour évoluer rapidement ?

JR – Développer au plus tôt les processus collaboratifs et le pouvoir latéral. Pour les Jeunes, le pouvoir latéral est naturel et logique. Ils ne pensent pas en terme hiérarchique, ni en catégorie Gauche / Droite. Pour construire le nouveau plan, la passion de la nouvelle génération doit être combinée à la sagesse de l’ancienne génération. Les 3 générations actuelles doivent pouvoir dire qu’elles auront collaboré à la naissance et au développement de la 3ème révolution industrielle.

Philippe PELLETIER , Président du Plan Bâtiment

Le plan Bâtiment prévoit, pour 2050 en France, des bâtiments sobres en énergie : Nouveaux bâtiments BBC et Bâtiments rénovés. Le bâtiment représente 40% de l’énergie consommée en France ; et émet 25% des GES (Gaz à Effet de Serre).

Depuis 2007, l’industrie du bâtiment est mobilisée pour concevoir ensemble (architectes, entreprises et ménages) et réaliser des logements sobres en énergie : 500.000 logements rénovés /an + 500.000 logements neufs /an sobres en énergie. 800.000 logements sont à rénover dans la région Nord Pas-de-Calais.

Une partie de la croissance attendue va se trouver autour de cette sobriété énergétique.

La précarité énergétique concerne 4 millions d’habitants. Un plan social sera mis en œuvre pour aider les plus fragiles.

4-    Confrontation au monde économique

Les engagements

-      Vianney MULLIEZ (VM) : Auchan = 270.000 collaborateurs dans 12 pays.

-      Guillaume de FOUGIERES (GF) : Arc International = 12.000 salariés dont 6400 en France.

-      Pierre de SAINTIGNON (PS) : 1er vice-président de Région chargé du Développement et Adjoint à la Mairie de Lille.

Le monde est en train de changer ? Quelles conséquences pour Vous ?

VM – Le monde change plus vite qu’avant ; avec un basculement de la croissance à l’Est. Nous assistons à des changements de comportements dans nos entreprises ; mais aussi chez nos clients qui incarnent de plus en plus des préoccupations de sens. Tout cela nous conduit à évoluer dans la façon de faire notre métier : e-Commerce – connaissance client.

Par contre, ce qui ne change pas, c’est le besoin de se nourrir tous les jours avec des préoccupations de pouvoir d’achat. Notre métier, c’est d’apporter des réponses à nos marchés, et à toutes les catégories de clients.

GF – A Arc International, l’énergie pèse 20% des coûts (50% pour la main d’oeuvre). Nous avons toujours besoin d’une énergie bon marché ; et toujours besoin de faire des gains de productivité pour rester compétitifs auprès de nos clients. Nous nous efforçons toujours de réduire notre consommation d’énergie : un nouveau four a été installé récemment qu’il nous faut maintenant amortir pendant une décennie. Nous faisons beaucoup d’efforts pour le Développement Durable à tous les niveaux (R&D, économique, social, environnemental). Au plan social (12500 salariés en 2001 et 6400 fin 2012), notre entreprise a été sauvée sans laisser personne au bout de la route ; et grâce au concours des Services de l’Etat.

VM – Pour nous, il est important d’avoir une vision à long terme ; et de tracer un chemin pour y arriver. Mais des précautions sont à prendre pour réussir la 3ème révolution. Je décide d’aller à la 1ère étape ; et là je m’interroge comment je vais à la 2ème.

Il faut l’adhésion de tout le monde (société, économique, politique). On réussit ensemble ; ou on perd tous ensemble.

PS – La Région s’engage dans l’aventure puisqu’elle a décidé d’aboutir à un master plan régional en 9 mois : « Nous ne pouvons plus continuer à chauffer le ciel ».

Il y a des conditions pour réussir :

-      Etre ensemble (acteurs économiques et politiques) dans nos différences, dans le respect et la confiance.

-      Accélérer l’installation des réseaux pour connecter tout le monde ;

-      S’engager dans la 3ème révolution en intégrant les politiques en cours : Energie 2020 – pôles d’excellence et de compétitivité … . On ne part pas de rien. On s’appuie sur ce qui existe. On rassemble.

VM – Il y a des pré-requis pour réussir la mutation :

-      Non seulement avoir une vision pour savoir anticiper ; mais aussi avoir une stabilité fiscale et règlementaire.

-      Prendre en compte le court et moyen terme : faciliter les transferts par des règles souples et allégeantes, qui facilitent plutôt que contraignantes (ex. pour les livraisons en ville). Inciter et accompagner plutôt que réprimer.

-      Sensibiliser les citoyens pour que tous soient partie prenante. C’est un projet collectif.

-      Eviter de parler de révolution car des gens sont toujours dans la 2ème ère.

VM - Le pouvoir latéral existe déjà dans nos pays et nos magasins.

GF – Nous réalisons aussi ce qui est à faire pour réussir la mutation. Mais c’est pas facile compte-tenu du court-terme qui reste la priorité majeure.

PS – A notre niveau régional, nous procédons par l’exemple ; et espérons une contagion positive sur d’autres régions. Nous avons l’avantage d’être une euro-région internationale.

PH-V – La présence dans notre région de grandes entreprises internationales, avec ici leurs centres de décisions, est un atout supplémentaire pour se lancer dans cette révolution.

VM – La  R&D reste près de chez nous ; et les tests avant extension effectués dans la région pour mesurer les progrès et ne pas s’exposer trop vite. Mais étant une entreprise décentralisée, l’innovation arrive également d’autres pays. Nous avons toujours besoin de nous réassurer dans nos bastions avant de partir sur de nouvelles conquêtes.

GF – La RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) fait toujours partie de notre ADN ; ce qui a permis des changements importants sans douleur.

VM – La RSE a toujours été pour nous un devoir qui rejoint notre propre intérêt. La philosophie de l’entreprise responsable est basée sur l’employé responsabilisé. Et le capitalisme responsable  a certainement vocation à évoluer.

PS – La Région a confiance dans ses Entrepreneurs pour renouveler la région Nord Pas-de-Calais. Nous communiquons en confiance. Les entrepreneurs ont toujours su mettre les intérêts  économiques avant la finance.

L’Europe a des possibilités financières inexploitées. A partir de contrats de développement, d’objectifs à l’innovation, notre rôle est aussi d’aider à aller chercher les financements.

Conclusion de monde économique régional décide de s’engager dans la 3ème révolution :

Ce projet enthousiasmant, qui doit prendre forme en 9 mois, offre une nouvelle perspective à la Région Nord Pas-de-Calais.

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:45

Prog-30nov2012.jpg

Repost 0
Published by Verlinghem Autrement - dans Développement Durable
commenter cet article